I Dream Of Love, tome 1

Titre original : 31☆アイドリーム (31☆ I Dream)
Titre français : I Dream of Love
Mangaka : Tanemura Arina (Twitter)
Année de création : 2013
Genre :  Josei (et un peu shôjo), Romance, Slice of Life, Surnaturel
Pays : Japon

 
Magazine de prépublication : Melody
Maison d’édition japonaise : Hakusensha
Maison d’édition française : Tonkam
Nombre de volumes parus au Japon : 4 (en cours)
Nombre de volumes parus en France : 3 (en cours)
Date de publication en France : 2015

Résumé :
Chikage Deguchi, 31 ans, célibataire, regrette la vie tout juste passable qu’elle a toujours menée. Un jour, tout bascule: grâce à l' »Idream » que lui a remis Tokita, un ancien camarade de classe, elle se retrouve à nouveau dans la peau de ses 15 ans ! Elle se fait d’ailleurs très vite repérer pour devenir modèle. La vie va-t-elle enfin sourire à cette nouvelle Cendrillon ?

Mon avis : 

Quand j’ai appris qu’Arina Tanemura se lançait dans le jôsei, j’ai été un peu surprise car je suis très habituée à voir son œuvre dans le domaine du shôjo. J’ai ensuite appris que c’était une demande spéciale d’un éditeur/magazine, et j’ai donc compris ce choix.
J’étais donc assez impatiente de lire ce nouveau manga et très contente de sa licence rapide par Tonkam. (Par contre, le fait qu’il y ait eu 2 tomes en deux ans alors que la série n’est pas finie m’inquiète un peu…).
 
Verdict ? Je suis incapable de ne pas aimer un manga de Arina Tanemura, et I Dream Of Love n’est pas une exception. Pas sure que je sois très objective dans ma critique ^^’
 
Source : blog d’Arina-sensei

J’ai cependant eu un peu de mal avec l’héroïne. Elle m’a paru « faible » comparée aux autres héroïnes de Arina Tanemura. J’ai compris pourquoi en lisant la jaquette dans laquelle l’auteure s’exprime en disant que jusque là, elle faisait des héroïnes avec qui elle aurait voulu sortir si elle était un garçon, ce qui n’est pas le cas ici, et elle dit elle même que l’héroïne est plutôt fragile. Chikage est une OL (office lady, une femme de bureau), elle est célibataire et passe son temps à raconter sa vie sur Twitter. Elle est du genre à se languir de son premier amour, et lorsqu’elle le revoit à une réunion d’anciens élèves, elle semble déçue de voir qu’il s’entend bien avec une ancienne camarade de classe. Elle a toujours regretté de ne pas avoir répondu à la déclaration de ce gars au lycée, et aimerait bien retourner quelques années en arrière. En effet, Chikage était plutôt populaire à cette période. Seulement, dur de revenir en arrière… Ou pas ? C’est là qu’intervient Tokita, également un ancien camarade de classe. Il lui dit qu’il a peut-être un moyen de la faire rajeunir quelques heures par jour…

C’est ici que le manga devient vraiment intéressant ! C’est ici que j’ai pu retrouver l’écriture, la mise en scène si familière de Arina Tanemura (si vous n’avez pas encore compris, je vénère cette femme *^*).
 
Pourquoi ça devient intéressant ?
Déjà, parce que Chikage avec quelques années de moins est beaucoup plus sympathique que l’originale (et parce qu’elle n’a plus son horrible coupe de cheveux… gaaaah j’espère qu’elle va changer ce carré par la suite, ça lui donne un air coincé !). Parce qu’elle ose, elle fait ce qu’elle n’aurait pas fait en temps normal car elle se sent plus courageuse. Du coup, elle va non seulement avoir une nouvelle vie, mais sa vie actuelle va changer peu à peu. Une telle aventure, sure que ça aura de l’impact sur sa vie présente.
 
 
 
Et aussi, parce qu’on va faire connaissance avec de nouveaux personnages trèèèèès intéressants (et pas seulement parce que ce sont des bishônens :3). Je vais commencer par mon préféré : l’ancien camarade de classe de Chikage que j’ai cité plus haut (en plus il me fait penser à un personnage que j’adore dans Full Moon wo Sagashite), Tokita ♥. J’aimerais trooooop connaître leur passé au lycée, voir quelques petites anecdotes sur eux. Et j’espère sincèrement qu’ils termineront ensemble ! Avec Arina Tanemura, c’est parfois dur de prévoir l’issue du manga au niveau de la romance (je me suis arrachée les cheveux sur Full Moon wo Sagashite tellement j’avais peur que Mitsuki ne finisse pas avec le personnage que je voulais… ^^). Parce qu’en face de Tokita, on a Hibiki, un lycéen qui ressemble à la version jeune de Haru, le premier amour de Chikage (moi j’dis, y’a anguille sous roche : même famille, ou même gars ? J’ai hâte de voir si mes suppositions s’avèrent vraies ou fausses ! Je plaisante… à moitié parce qu’on peut s’attendre à tout avec Arina sensei !). J’ai bien aimé le personnage de Hibiki, un personnage qui ressemble bien à Arina Tanemura. Qu’elle soit dans un josei ou un shôjo, un manga qu’on lui a demandé de faire, elle finit toujours par suivre ses convictions : écrire et dessiner ce qu’elle aime.
 
 
Ha ha !
Ai-je besoin de vous parler des graphismes ? J’ai rarement vu une mangaka aussi douée ! Certains trouvent ses dessins et décors trop chargés, mais moi j’adore et ne cesse de les admirer. (je ne vous dis pas combien de fois j’ai feuilleter mes artbooks… que j’ai dû acheter en japonais ! x3).
 
 
Bon allez, un peu de négatif quand même, parce que y’a quand même des trucs qui ne m’ont pas plu : bon déjà, le manga est publié par un autre magazine et un autre éditeur… Et il me manque un truc essentiel dans cette édition (au début, j’ai cru que ça venait de Tonkam mais j’suis allée vérifier et non, c’est bien comme ça dans la VO) : on n’a plus droit aux petites marges dans lesquelles Arina s’exprimait ! ç_ç Moi j’adoooore lire les p’tites aventures de mes mangakas préférées, et mettre de la pub dans les marges (dans la VO) à la place oh non !
Et ensuite, quelques critiques sur la version française… Je n’aime pas les couvertures douces au toucher, j’ai toujours peur d’y mettre des traces de doigts, alors mauvais point pour moi. Et j’aime encore moins quand on colle un GROS autocollant « Par l’auteur de » (parfois j’ose même pas les enlever, de peur d’abîmer la couv ! Là j’y suis allée précautionneusement…). Et puis le titre, l’original est légèrement différent mais je le préfère (rares sont les traductions de titres que j’apprécie), PAR CONTRE je ne sais pas si c’est fait exprès, mais quand on abrège le titre, ça fait IDOL et ça colle très très bien. Et dernier point sur la VF : les accents, nooooooon.
 
 
 
Et donc, Arina Tanemura qui se met au josei, pari réussi ? => oui ! (aaah du josei, je me demande si on va avoir droit à un contenu plus – mais pas trop hein ! – mature… Je me demande ce que ça donnerait ^^) Bien que je la préfère dans le registre shôjo, j’ai bien aimé redécouvrir ce genre à travers sa plume qu’elle manie toujours avec dextérité. L’héroïne a beau ne pas m’avoir trop convaincue, je trouve les personnages intéressants et j’ai hâte de voir leur évolution. La mangaka n’a pas son pareil pour s’exprimer ! A quand le shonen-ai ? (ohlala comme j’aimerais qu’elle en fasse *^*)
Arina-sensei, daisuki dayo !
 
 
Arina en plein colo (du manga Neko to Watashi no Kinyoubi)
Ce changement de registre m’a un peu marquée, ma critique est assez longue (et encore je me retiens… Je pourrais écrire un mémoire sur le travail de Arina Tanemura xD). J’avais pas mal de choses à dire sur le manga en fait, mine de rien, et j’en suis la première surprise car ce n’est pas le manga que je préfère de l’auteure (il est même loin dans le classement).
 
coeur
 
Si un éditeur passe par là : s’il vous plaiiiiiiit, vous voulez pas licencier Time Stranger Kyoko ? Et tous les OneShots style ION, etc. ? *O* Et les artbooks aussi, tant qu’à faire :3
Et à vous, chers lecteurs qui avez eu le courage de lire ce pavé : merci !
Publicités

2 réflexions sur “I Dream Of Love, tome 1

  1. Ninouille en rêves dit :

    En général je ne lis pas les marges où les mangakas parlent, je suis trop prise dans le manga XD je ne connaissais pas mais même si ça a l'air sympa ça reste à voir, ça dépend aussi du bon goût des bibliothécaires ^^

    J'aime

  2. Miyuneko dit :

    Je les lis à la fin ^^ (sauf quand je relis, parfois je les lis en même temps) Enfin je lis surtout celles de mes mangakas préférés, il y en a que j'ignore totalement (même les bonus de fin où ils racontent leur vie, j'ignore parfois) xD
    A mon avis, dur à trouver en biblio (la série est toujours en cours et est longue à sortir au jap, alors…) :/ Quand je serai bibliothécaire, je commanderai tous les Arina Tanemura ! :3

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s