Sword Art Online – Aincrad

Titre original : ソードアート・オンライン  クラッド
Titre français : Sword Art Online – Aincrad (vol. 1 et 2)
Auteur : Kawahara Reki
Illustrateur : Abec
Année de création : 2009
Genre :  Action, Aventure, Fantastique, Romance, Science-fiction, Jeux vidéo
Pays : Japon

Maison d’édition japonaise : ASCII Media Works
Maison d’édition française : Ofelbe
Nombre de volumes au Japon : 18 (en cours)
Nombre de volumes en France : 6 (en cours)
Date de publication en France : 2015
Résumé :
Un « game over » entraînera une mort réelle. Kirito a accepté cette certitude depuis qu’il a décidé de combattre en « solo » à l’intérieur de l’Aincrad, cette gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au plus redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online. Comme lui, des milliers de joueurs connectés, pris au piège dans ce monde virtuel où le moindre faux pas peut être fatal, luttent pour regagner leur liberté. Kirito veut conquérir seul les cent étages qui le mèneront au combat final, mais c’est sans compter sur l’obstination d’Asuna une habile épéiste avec qui il va devoir s’allier. Démarre alors une course effrénée pour survivre dans un monde où l’art de l’épée fait loi.

Mon avis : 

Je connais SAO depuis pas mal de temps, et j’étais déjà fan de l’histoire avant même de la connaître (parce que j’avais vu de magnifiques illustrations de Kirito et Asuna). J’avais donc commencé l’anime sans le finir (d’autres obligations m’attendaient).

J’ai donc vu là l’occasion de me replonger dans SAO via ce Light Novel. J’aime beaucoup ce format et je déplore que l’on n’en ait pas plus en France… Je suis contente qu’une maison d’édition se soit lancée dans l’aventure, merci Ofelbe ! Je n’en suis pas à mon premier, j’avais déjà lu ceux de FMA sortis chez Fleuve Noirs ainsi que les Library Wars chez Glénat (quand est-ce qu’ils sortiront le dernier?!), … Mais j’avais hâte de voir le travail que pouvait faire une maison d’édition qui se lance exclusivement dans ce genre.

Que dire de SAO ? Sword Art Online est un jeu virtuel qui utilise les dernières technologies de pointe et permet à ses joueurs une immersion totale dans le jeu (du moins celle de l’esprit, le corps reste ancré dans notre réalité). Sauf que le créateur du jeu a fait en sorte que les joueurs restent bloqués à l’intérieur de SAO : si le casque qui leur permet d’entrer dans le jeu est retiré, des ondes sont envoyées au cerveau et la personne décède aussitôt. de plus, lorsque vous êtes Game Over dans le jeu, vous l’êtes définitivement… Forcément, le but des joueurs va être de vaincre le boss du dernier niveau et terminer le jeu pour en sortir. Nous allons donc suivre Kirito, le narrateur de cette histoire, dans sa quête. Kirito était un bêta-testeur très doué et sa passion pour les jeux vidéo l’amène à redoubler d’efforts pour monter de niveau et devenir le plus fort.

Pour une fois, on a un personnage principal fort dès le départ, ici pas de quête initiatique, mais de l’action à chaque page. J’aime beaucoup l’univers de SAO, j’ai toujours l’impression de me lancer dans un bon RPG lorsque je le lis ou le regarde, ne serait-ce que par les termes employés (un lexique est présent en fin de tome pour ceux qui ne connaissent pas trop les termes qui reviennent souvent dans les jeux vidéo). de plus, le livre se lit très vite… Et c’est là un de ses défauts : l’univers est tellement vaste que l’on aimerait que le roman soit beaucoup plus gros (mais alors ce ne serait plus un « light » novel…). On accueille donc avec joie les petites histoires qui constituent le 2e light novel de SAO (Ofelbe a regroupé 2 LN en un tome, et je trouve ça vraiment chouette).

En quelques pages, l’auteur arrive à nous décrire son univers et à enchaîner les scènes d’actions. J’ai donc apprécié ce LN, malgré le fait que l’histoire s’enchaîne trop rapidement (j’aurais bien aimé voir plus en détail les deux années passées sur SAO par exemple).

Concernant la qualité de l’édition (il faut bien que j’en parle, parce que c’est quand même rare de trouver des Light Novel ^w^) : je n’ai rien à redire, tout est (presque) parfait. Les illustrations en couleur et en noir et blanc ont bien été gardées, ce qui ajoute un charme au livre (et on ne parle pas de 2-3 illustrations, il y en a bien plus). le format est bien, et le fait d’avoir deux light novel en un est un bon choix éditorial selon moi. Bon après il y a quelques coquilles (une majuscule oubliée à Kirito, 2-3 sauts de lignes en pleine phrase) mais ça ne m’a pas gênée.
J’ai donc enfin découvert le travail d’Ofelbe à travers ce premier tome de SAO et je n’ai qu’une dernière chose à ajouter : vivement le tome 2 (en attendant, je vais sans doute me procurer Spice & Wolf :3) ! Et en plus les auteur et illustrateur seront présents à la Japan-Expo.
Merci à Babelio et Ofelbe pour m’avoir permis de lire ce livre via l’opération masse critique (je ne vous dis pas comme j’étais enchantée en recevant le mail ^^).
4
Publicités

Une réflexion sur “Sword Art Online – Aincrad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s