UQ Holder, tome 1

Titre original : ユーキュー ホルダー
Titre français : UQ Holder!
Mangaka : Ken Akamatsu (twitter)
Année de création : 2013
Genre :  Shônen, aventure, fantasy, magie
Pays : Japon
 
Magazine de prépublication : Shuukan Shonen Magazine
Maison d’édition japonaise : Kodansha
Maison d’édition française : Pika
Nombre de volumes au Japon : 12 (en cours)
Nombre de volumes en France : 11 (en cours)
Date de publication en France : 2014

Résumé :
Tôta Konoe a un rêve qui lui tient à cœur : rejoindre la capitale, perchée sur un pilier géant, et devenir célèbre ! Mais s’il veut quitter sa campagne, il va devoir remplir la condition imposée par le chef du village : battre Yukihime, une magicienne accomplie qui est également sa tutrice. Jour après jour, Tôta défie Yukihime dans l’espoir de remporter enfin la victoire ? Mais l’arrivée d’un chasseur de primes qui en veut à leur vie va sonner la fin de leur quotidien paisible !

Mon avis : 

J’ai eu l’occasion de lire le premier tome de UQ Holder grâce à l’opération masse critique numérique de Babelio en partenariat avec Sequencity, site de lecture en ligne (BD et mangas). Je les remercie pour ce partenariat, ainsi que Pika Edition.

J’étais enchantée d’être sélectionnée, pas seulement parce que je voulais lire ce manga (j’adore l’univers de Ken Akamatsu), mais aussi parce que je voulais tester la lecture de mangas sur une plateforme en ligne par curiosité (bien que le format papier sera toujours numéro 1 pour moi). Sequencity en particulier, parce que j’en avais déjà eu un aperçu sur des fiches mangas sur Babelio et que je trouvais le concept pas mal. Donc une petite parenthèse sur cette expérience : le site est bien fait, il s’adapte à tous les supports (oui, j’ai testé la tablette) et il est plus ou moins instinctif. La lecture en ligne est agréable quand on a une bonne connexion Internet (c’est là le défaut du streaming), et on peut de plus zoomer sur les pages qui apparaissent toujours en très bonne qualité. le site offre également un outil qui permet de lire les premières pages sur son site/blog grâce à quelques lignes de codes (javascript et html).
J’ai beaucoup apprécié les illustrations couleurs, il faudra que je vois si elles sont présentes dans la version papier.
 
En ce qui concerne UQ Holder : étant fan de Ken Akamatsu, j’avais très envie de le lire, et encore plus depuis sa conférence donnée à la Japan-Expo dans lequel il l’évoquait. Je ne savais pas que c’était lié à Negima et ça m’a encore plus intriguée. Et pourtant, on le sait dès les premières pages qui sont introduites par un personnage que j’aime beaucoup : Evangeline (que je préfère sous son apparence de fillette) ! Personnage que l’on va retrouver aux côtés de notre héros, Tôta. Ici, on est face à un scénario propre aux shônens nekketsu : notre héros suit un enseignement auprès d’un maître, il va faire une bêtise qui va déclencher quelque chose de grand qui va changer sa vie et partir en quête. Ça nous change un peu de ce qu’on a l’habitude de voir avec Akamatsu : ici, on a de l’action dès les premières pages, et pas le moindre harem (ben oui, c’est quand même une de ses spécialités… ^^). J’ai été entraînée par ma lecture dans ce volume et je ne l’ai pas lâché jusqu’à la dernière page. L’intrigue autour des immortels est vraiment intéressante, et j’ai hâte d’en apprendre plus par la suite.

En ce qui concerne les personnages, j’ai beaucoup aimé Tôta. Il a une personnalité que je trouve plutôt « lumineuse » et j’aime beaucoup son mode de pensée. Le duo qu’il forme avec Evangeline est pas mal, et je suis impatiente de voir son avancée et les nouvelles rencontres qu’il va faire.
Les autres personnages ne m’ont pas trop marquée (en même temps, on est au tome 1 et il y n’y en a pas beaucoup – ça change de Negima !), à part le dernier qui apparaît, qui m’a rappelé un personnage de Negima (physiquement, et aussi parce qu’il utilise la technique de l’école Shinmei lui aussi). Je me demande si on va revoir certains personnages de ce précédent mangas, car cela se passe bien après (SPOIL le choc que j’ai eu en voyant la tombe de Negi ! J’suis sure qu’il est pas mort, c’pas possible… FIN DU SPOIL). Par ailleurs, si on sait que Negi est le grand père de Tôta, on se demande bien qui peut être sa mère… Ah ce cher Akamatsu, mystérieux jusqu’au bout ! Le nom de famille de Tôta est Konoa, est-ce qu’il aurait épousé Konoka ? (raaaah non, je veux qu’il soit avec Asuna, c’est un de mes OTP ! Mais comme j’adore Konoka, je ne peux pas la détester pour ça… Je préfère que ce soit elle qu’une autre – surtout Nodoka – si ce n’est pas Asuna).
 


J’ai vraiment adoré ce parallèle avec Negima, et je me demande bien comment Ken Akamatsu va développer son manga par rapport à ça. J’aime beaucoup les mangas qui sont liés (comme Tsubasa Reservoir Chronicle et xxxHolic par exemple), surtout lorsque ça concerne un manga que j’aime beaucoup (Negima est un des mangas que j’ai connu quand j’étais collégienne).
Ce premier tome de UQ Holder est introductif mais ne manque pas d’actions. On a envie d’en savoir plus après avoir tourné la dernière page ! Pour ma part, voilà une autre œuvre de Ken Akamatsu que je vais suivre ^^

4

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s