The Ancient Magus Bride, tomes 1 à 3 + Booklet

Titre original : 魔法使いの嫁 (Mahou Tsukai no Yome)
Titre français : The Ancient Magus Bride
Mangaka : Kore Yamazaki
Année de création : 2014
Genre :  Shônen, fantastique, surnaturel, mystère
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Comic Blade, Comic Garden
Maison d’édition japonaise : Mag Garden
Maison d’édition française : Komikku
Nombre de volumes au Japon : 6 (en cours)
Nombre de volumes en France : 5 (en cours)
Date de publication en France : 2015
Résumé :

Chisé Hatori a 15 ans. Elle n’a ni famille, ni talent particulier, ni aucun espoir dans la vie. Un jour, elle est vendue à un sorcier, un non-humain dont l’existence remonte à la nuit des temps… Il la prend sous son aile pour faire d’elle sa disciple et lui annonce qu’à terme, elle deviendra son épouse. Alors, les aiguilles qui semblaient à tout jamais figées dans son cœur se mettent à tourner de nouveau, petit à petit…

Mon avis : 


TOME 1
Si je cherche un manga pour m’évader un peu de la réalité, The Ancient Magus Bride est l’un des premiers auxquels je pense.

Outre sa couverture très attrayante, c’est le résumé de ce manga (et l’enthousiasme communicatif d’une certaine Louve) qui m’avait attirée dans ce titre. On va suivre les traces de Chise et Elias dans une Angleterre moderne (mais que je trouve située un peu hors du temps), et dans laquelle cohabitent humains, sorciers, magiciens et créatures folkloriques de la mythologie britannique. Chise est une Slay Vega, elle possède une force rare pour une humaine, qui lui donne par exemple le pouvoir de « voir » ce qui est invisible aux yeux des autres. Ce pouvoir qui la caractérise attire de nombreux regards, dont celui d’Elias, sorcier de son état, qui va la prendre pour disciple (et pour future épouse).

J’ai aimé l’univers mis en place par Kore Yamazaki. En général en ce qui concerne les mangas, il est assez facile de dire au premier coup d’œil si l’on est dans du shôjo, shônen ou seinen. Ici, rien de tout ça, on se sent transporté ailleurs, l’auteure réussit à nous emmener dans son monde à elle, un monde que l’on connaît plus ou moins lorsque l’on aime les contes et mythologies relevant du fantastique. J’ai apprécié la perception de l’auteure et la manière dont elle donne vie à son univers : son coup de crayon (oh la la ces illustrations couleurs, j’adore !), et son histoire.

L’intrigue de The Ancient Magus Bride réside avant tout dans ses personnages. Chise connaît peu le monde qu’elle perçoit depuis l’enfance, alors qu’Elias en fait partie intégrante mais à l’inverse ne comprend pas très bien le fonctionnement de l’être humain. Va alors se former une relation maître-élève plutôt réciproque entre ces deux là. Je dois dire que j’aime beaucoup ce genre de lien entre des personnages. Encore plus quand j’apprécie les personnages.
Dédicace~~

Et bien sur, je ne peux passer à côté et ne pas vous parler de Chise et Elias. Elias est le personnage qui m’intrigue de plus, ne serait-ce que par la forme de sa tête squelettique. On sait assez peu de choses sur lui, si ce n’est que c’est un sorcier qui semble avoir parcouru pas mal d’années. On se demande alors combien de temps il a vécu, ce qu’il a vu, comment il est devenu sorcier, ce qu’il est en réalité… Beaucoup de questions sur ce singulier personnage apparaissent donc au fil de la lecture, et c’est avec Chise que l’on va en apprendre plus. Assez naïve à propos de ce nouveau monde qu’elle découvre plus en profondeur (c’est bien de « voir », mais c’est encore mieux lorsque l’on « connaît »), Chise va apprendre auprès d’Elias la sorcellerie, mais également plus sur le monde féerique qui l’entoure, et sur sa condition de Slay Vega. Et nous, lecteurs, allons apprendre avec elle. Et on va aussi en apprendre plus sur elle. Laissant derrière elle une enfance difficile, Chise va peu à peu s’ouvrir au monde d’Elias. Je me suis prise de sympathie pour son personnage (je dois avoir un faible pour les personnages aux cheveux rouges ^^), et j’aime beaucoup arpenter The Ancient Magus Bride à ses côtés. Il faut dire qu’il lui en arrive des choses, entre les différents personnages et affaires qu’elle rencontre en chemin.

Bien sur, il y a des personnages secondaires tout aussi intéressant, comme Simon le pasteur, ou encore Angelica que j’ai beaucoup apprécié.

Découvrir les fées, dragons et autres créatures et paysages fantastiques à travers les graphismes emplis de poésie de Kore Yamazaki est un vrai régal pour les yeux. Tantôt joyeux, tantôt comique, tantôt glauque, l’auteure nous offre un univers riche et captivant.
The Ancient Magus Bride est un manga avec lequel j’ai passé un excellent moment. J’avais tellement aimé que je suis allée à la Japan-Expo exprès pour faire dédicacer mon tome 1 (et acheter la suite ^^).

TOME 2
On retrouve Chise et Elias là où on les avait laissés dans le tome précédent. Ils vont faire face à de nouveaux personnages donc les desseins sont assez sombres et mystérieux. Mais ceux-ci disparaissent avant que l’on puisse en savoir plus. Chise réussit en même temps à employer son pouvoir pour aider Mina à trouver le repos. Ce n’est pas la première fois qu’elle côtoie et aide des êtres surnaturels. Bien que son passé ne lui ait pas laissé des impressions très joyeuses face à ces êtres, elle va de l’avant et ne se fie pas seulement aux apparences. Seulement, employer son pouvoir n’est pas sans effet sur la Slay Vega.
On va aussi rencontrer d’autres personnages comme Titania et Oberon, reine et roi des fées.
L’action de ce tome est surtout présente au début et à la fin. Fin qui se termine avec l’apparition d’un personnage dangereux et intriguant.

Pour le reste, on se concentrera sur la relation maître-élève et l’évolution de ce lien de confiance mutuelle qui se tisse petit à petit entre Chise et Elias. On est immergé dans leur quotidien, surtout celui de Chise qui s’efforce d’apprendre la sorcellerie en commençant par concocter des remèdes.

Kore Yamazaki continue dans sa lancée avec ce tome 2, et on retrouve bien tous les ingrédients qui caractérisent le tome 1. Dont la sublime couverture dont j’ai oublié de parler : une merveille pour les yeux, c’est pour le moment ma préférée ^_^

Une fois de plus, je me suis laissée emporter par l’ambiance magique de ce manga.

BOOKLET

 

J’ai hésité avant de donner mon avis sur ces quelques pages, mais après tout ça fait partie de l’intrigue et c’est un bonus que j’ai apprécié lire dans la lignée des tomes précédents. Ce petit chapitre nous entraîne dans le quotidien de Chise, qui va nous en apprendre un peu plus sur son enfance et nous donner un aperçu de ce qu’elle a pu vivre avant sa rencontre avec Elias. Cette histoire prend place lors d’une banale nuit d’orage (on dirait presque une scène de shôjo, cette fameuse scène où un des personnages craint l’orage), et c’est un supplément qui ravira les fans de la série.

« Je n’aime ni la pluie, ni le tonnerre… Mais je ne les déteste pas non plus… Car personne n’a jamais trouvé étrange que je les craigne. »

TOME 3

 

Ce troisième volume apporte de nouvelles interrogations sur Elias. Il nous apparaît sous une forme qui nous était inconnue, et qui possède des côtés plutôt effrayants. Mais pas pour Chise, qui dissipe tout ça avec humour « Cette apparence est beaucoup moins pratique… Pour passer la porte de la maison ». Si on ajoute à cela l’apparition de Cartaphilus (on comprend pourquoi il n’aime pas son nom celui-là !) et l’intrigue autour du passé d’Elias, on entre dans une intrigue plus sombre et plus complexe. Ce Cartaphilus n’est pas à prendre à la légère.

L’intrigue autour la sorcellerie est également plus développée ici, avec la présence du personnage de Lindel qui invite notre Chise à se créer une baguette.

Dans le tome précédent, on a évoqué les familiers. Je dois dire qu’ici, je n’ai eu aucune surprise quant à l’identité du futur familier de Chise ^^ Ce fait mis à part, je trouve que Kore Yamazaki s’en sort très bien au niveau de son intrigue, on ne peut prévoir à l’avance les éléments que l’on va y trouver, et parfois je me demande bien où elle va finir par nous emmener. Comme j’ai pu le dire dans ma critique du tome 1, l’intrigue est surtout centrée sur les personnages : l’apprentissage de Chise et le mystère autour du sorcier Elias, ainsi que la relation entre ces deux personnages. On se demande donc à chaque fin de volume ce que la suite nous réserve.

Dans ce tome 3, j’ai particulièrement aimé l’introduction des familiers et le lien qui se tisse entre Chise et le sien. J’ai aussi beaucoup apprécié le passage avec la Leanan Sidhe.

Le récit devient plus complexe au fil des volumes, et j’attends toujours le prochain avec impatience (faut dire qu’elle est douée l’auteur, pour nous dessiner des dernières pages qui donnent envie de lire la suite !).
Un manga à suivre !
 
Photo prise lors de la Japan-Expo, sur le
stand de dédicace de l’auteure

5

Publicités

6 réflexions sur “The Ancient Magus Bride, tomes 1 à 3 + Booklet

  1. Miyuneko dit :

    Ma bibliothèque vient justement de les acheter, et pourtant je ne leur avais pas (encore) conseillé le titre (va falloir que j'arrête de conseiller des titres de ma bibliothèque personnelle, je ne peux pas les emprunter xD) ^^ J'espère que la tienne en fera l'acquisition rapidement 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s