Baby-sitters

Titre original : 学園ベビーシッターズ (Gakuen Babysitters)
Titre français : Baby-sitters
Mangaka : Tokeino Hari
Année de création : 2009
Genre :  Shôjo, famille, humour, comédie, school life
Pays : Japon

Magazine de prépublication : LaLa

Maison d’édition japonaise : Hakusensha
Maison d’édition française : Glénat
Nombre de volumes au Japon : 14 (en cours)
Nombre de volumes en France : 13 (en cours)
Date de publication en France : 2014Un anime est prévu pour janvier 2018 ♥

Résumé :

Ryuichi et son petit frère Kotaro, qui est encore tout petit, ont perdu leurs parents dans un accident d’avion. Ils sont tous deux recueillis par la directrice de l’Académie Morinomiya, mais à une condition : que Ryuichi soit baby-sitter à la crèche de l’établissement ! Que va-t-il faire, confronté à de très énergiques bébés ?!

 Mon avis :

Si vous aimez tout ce qui est mignon et l’humour… Vous allez être servi avec ce titre ♥

Un shôjo sans romance en premier plan, mais comment est-ce possible ?! Et pourtant… C’est ce qui fait le charme de Baby-sitters et qui le fait se démarquer des shôjos habituels. J’ai commencé à le lire l’année dernière parce que l’histoire me rappelait Love so Life que j’avais adoré, et aussi parce que j’étais attirée par le graphisme.

Baby-sitters, c’est l’histoire de deux frères recueillis par la directrice de l’école Morinomiya suite à la perte de leurs parents. En échange, Ryuichi va faire sa scolarité au lycée mais également s’occuper de la crèche de l’établissement, qui accueille les enfants en bas âge des professeurs ainsi que son petit frère Kotaro. Et on n’oublie pas que Ryuichi est également lycéen,  et qu’il va faire également de nouvelles rencontres parmi ses camarades de classe et ses senpais. Et le tout va donner lieu à pas mal de rencontres et de situations différentes.

Alors, pour tout avouer… Le résumé ne me tentait pas plus que ça, j’avais peur qu’on ne tombe trop dans l’excès avec ce baby-sitting, que ce soit trop guimauve, trop « rose ». Sauf que non, Baby-sitters a aussi ses instants de mélancolie, de tristesse et de situation dramatiques. Et ça n’empêche pas le titre d’être trop mignon, bien au contraire (et c’est ce qui fait en partie le charme du titre ♥).

Il n’y a pas de fil directeur à propos du scénario, si ce n’est la vie à la crèche ou la vie des familles (dont Ruyichi et Kotaro principalement) en dehors de l’école. On est dans un shôjo tranche de vie, on va suivre plusieurs personnages tous plus intéressants les uns que les autres, que ce soit les enfants qui nous font bien rire, ou encore les parents, qui ont chacun une manière différente d’élever leur(s) enfant(s). On est tantôt attendrie (Kotaro ♥), tantôt au bord des larmes tellement on rit (la relation fraternelle entre Taka et Hayato, j’adore !), … J’adore lire un tome de Baby-sitters, je sais que je vais toujours passer un bon moment.

Pour moi, le point fort est la multitude de personnages – principaux et secondaires – qui apparaissent dans ce manga.  Que ce soien les enfants, les professeurs, le majordome de la directrice, la directrice, Usaida le baby-sitter à plein temps, les élèves, … On trouve de tout ! L’auteure ne se contente pas de centrer son histoire sur Ryu et Kotaro, mais aussi sur les autres élèves du lycée, sur la vie de famille… Chaque personnage a sa propre histoire que l’auteure développe en un ou plusieurs chapitres, et les personnages se croisent très souvent (bon, on voit plus souvent les mamans que les papas, mais l’auteure leur fait quand même une place (heureusement)).
J’ai une préférence pour le personnage d’Hayato. Un peu cliché, mais j’aime sa gentillesse cachée derrière son côté « je suis un dur » – et puis, il a la classe ce grand frère ! Mais pour moi, le personnage central, c’est Kotaro, le petit frère de Ryuichi. Il aime tellement son grand frère qu’il en devient trop mignon ! Il prend beaucoup sur lui alors quand il craque, on ne peut que vouloir le serrer dans ses bras.

Et le coup de crayon de l’auteure le lui rend bien ! Je suis avant tout tomber sous les charmes des graphismes. C’est doux, l’auteure dose bien au niveau des traits et des trames… Et j’aime la façon dont elle dessine les enfants, en leur donnant des visages un peu joufflus. Et que dire de ses illustrations couleurs, de ses couvertures ? (Quand j’ai vu Kotaro sur la couverture du tome 13, je n’ai pas pu m’empêcher de m’exclamer « Trop mignon !! »)

Et je finirai sur un point que j’aborde peu quand je rédige mes avis : la traduction. Je ne peux que saluer le travail de traduction de Glénat sur la série, surtout au niveau du langage des enfants de la crèche, qui ont chacun leur façon de parler (les « t’ch » de Kiri, les « moi que je va » de Taka, les « gan’fer » de Kotaro …). Le reste est bien traduit également, mais j’apprécie surtout ce gros travail sur les langages ^^

J’ai tout simplement adoré ce manga, c’est pour moi un gros coup de cœur ! J’attends toujours avec impatience de retrouver les nouvelles aventures de Ryuichi et Kotaro. Sans parler de… L’anime ! que j’attends également avec impatience ♥

Publicités

2 réflexions sur “Baby-sitters

    • Miyuneko dit :

      Je te le conseille ! 😀 Au début, j’étais vraiment sceptique car je ne suis pas du genre à m’extasier devant des bébés, mais ce titre m’a vraiment surprise. Je passe toujours d’excellents moments en compagnie d’un tome ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s