La Semaine du shôjo : la meilleure adaptation shôjo ?

semaine-du-shojo-2017

Cette année encore, je participe à la Semaine du shôjo organisée par le Club Shôjo  !
Et cette année, nous nous penchons sur la question de

La meilleure adaptation shôjo (anime, drama,…)

Un thème plutôt difficile pour moi car je ne regarde pas autant d’animes et de dramas que je lis de mangas. Mais la plupart du temps, je me penche sur les adaptations de shôjos, ce qui tombe bien ^^
La vision que j’ai d’ une adaptation fidèle fait que je vais être très stricte dans mes choix et essayer de choisir l’adaptation la plus fidèle possible (et j’entends aussi par là une adaptation qui va au delà des premiers tomes d’un manga – pas comme Fruits Basket, Blue Spring Ride, Lovely Complex, etc.). Aujourd’hui j’ai choisi de vous parler de :

 CHIHAYAFURU de Yuki Suetsugu

On pourrait se dire « Mais, cet anime ne couvre pas tout le manga ! » et j’aurais dit la même chose l’année dernière, lorsque l’idée d’une saison 3 me semblait encore irréalisable… Sauf qu’on l’aura, cette saison 3, même si elle a été reportée à l’automne *^*

L’histoire

Chihaya a un but dans la vie : devenir championne mondiale de karuta, jeu de carte traditionnel japonais ! Sa passion remonte à l’enfance où elle jouait en compagnie de Arata et Taichi. Aujourd’hui au lycée, Chihaya continue à gravir les grades du monde professionnel du jeu dans l’espoir de croiser à nouveau celui qui lui a communiqué son amour du jeu, Arata ! D’entraînements en compétitions, des liens forts vont se lier entre les membres du club créé par Chihaya, et chacun se découvrira des capacités insoupçonnées.

une adaptation fidèle

J’ai regardé Chihayafuru après avoir lu les premiers tomes (que j’avais adoré ♥), et j’ai de suite trouvé que l’anime était très fidèle au manga, que ce soit dans les graphismes ou l’histoire. Même si les premiers chapitres ne sont pas dans le même ordre que les épisodes, ça reste cohérent : dans le manga, les premiers tomes sont consacrés à l’enfance des personnages principaux, tandis que l’anime fait le choix astucieux de rester dans le présent des personnages et d’y ajouter ce passé petit à petit sous forme de flashbacks. La nature et la personnalité des protagonistes sont bien conservées, on va peut-être mettre moins l’accent sur certains personnages (comme le « Maître » qui est beaucoup moins présent que la « Queen », sans doute parce que son rôle dans le manga est plutôt moindre au début), mais ça ne m’a pas gênée plus que ça. Et comme j’ai lu le manga après avoir vu l’anime à partir du tome 4 (car seuls les 3 premiers tomes étaient sortis quand j’ai découvert l’anime), je me rendais bien compte que ce que je lisais, je l’avais déjà « vu », je n’avais pas de réelle surprise. On pourrait même directement enchaîner avec le tome 17 du manga après avoir vu l’anime 🙂 Pour moi, c’est ça une adaptation fidèle : un anime qui reprend bien l’histoire sans dénaturer les personnages (et qui couvre + que les premiers tomes).

Une bande-son et un doublage incroyables

La bande-son, les openings, endings… les voix ! Ça, c’est le PLUS des adaptations ! Comme disait Hiromu Arakawa, l’auteure de FMA « Ce qui me manque dans un manga par rapport à l’adaptation en dessin animé, c’est l’absence de musique. Ce serait super si, en tournant les pages, une musique se mettait à retentir ! » Les musiques ajoutent une intensité à certaines scènes (surtout ici, lors des compétitions !), on s’immerge totalement dans l’anime. Et c’est aussi grâce au doublage, on sent que les Seiyuu mettent vraiment du cœur à l’ouvrage pour nous transmettre les émotions et la passion ressenties par leurs personnages. 

En conclusion

Je vous recommande très fortement de lire ce manga et de regarder les deux saisons de l’anime (en attendant la saison 3 :D) ! Le film live est sympa aussi (coup de cœur pour la chanson « FLASH » de Perfume – à écouter ici), mais je ne dirais pas que l’adaptation est « fidèle » car elle prend plus de libertés.

Si vous souhaitez vous aussi participer à la Semaine du shôjo, n’hésitez pas à faire un tour sur le site du Club Shôjo et à découvrir quelle est la meilleure adaptation shôjo pour les autres participants :

La maison du soleil – Taiyou no Ie

Titre original : たいようのいえ (Taiyô no Ie)
Titre français : La Maison du Soleil
Mangaka : Taamo (Twitter)
Année de création : 2010
Genre :  Shôjo, Romance, Slice of Life, Famille
Pays : Japon

Magazine de prépublication : 
Dessert
Maison d’édition japonaise : Kodansha
Maison d’édition française : Pika
Nombre de volumes au Japon : 13 (terminé)
Nombre de volumes en France : 1 (en cours)
Date de publication en France : 2017


Résumé perso :
Taiyou no Ie, c’est l’histoire de deux familles : celle de Mao Motomiya, jeune lycéenne de 17 ans ; et celle de Hiro Nakamura (vous aussi, vous pensez à Heroes ? *sbaf*), codeur débutant de 23 ans.

Mao n’a jamais été proche de sa famille, malgré tous les efforts qu’elle a fourni. Petite, elle a fait la connaissance de la famille Nakamura, les voisins d’en face, et leur maison est devenue sa « maison du soleil » (Taiyou no Ie). Mais tout s’est écroulé le jour où les parents Nakamura sont décédés suite à un accident. Les enfants ont été séparés dans la famille, seul le plus âgé, Hiro, est resté dans cette maison, et il espère un jour convaincre son frère et sa sœur de revenir vivre avec lui. L’histoire débute lorsque la nouvelle femme du père de Mao emménage avec sa fille. Mao se sent encore plus comme une étrangère, elle ne trouve plus sa place et n’a plus aucun endroit à elle. Hiro trouve la jeune fille dans un état psychologique faible, et lui propose de passer la nuit chez lui, dans cette maison où elle se sent bien, histoire de se calmer un peu. Suite à ça, le père de Mao devient encore plus désagréable et dit à cette dernière qu’elle peut rester avec Hiro, puisqu’elle se sent mieux avec lui. Pas facile pour Mao qui ne souhaite qu’une chose : trouver sa place dans sa famille… Hiro lui ouvre alors les portes de la sienne.

Mon avis :

« À l’époque, cet endroit était une maison remplie de magie – un endroit où vous finissiez par sourire, même si vous pleuriez. Assurément, un invisible sorcier devait avoir vécu ici. C’est ce que je pensais. »

UQ Holder, tome 1

Titre original : ユーキュー ホルダー
Titre français : UQ Holder!
Mangaka : Ken Akamatsu (twitter)
Année de création : 2013
Genre :  Shônen, aventure, fantasy, magie
Pays : Japon
 
Magazine de prépublication : Shuukan Shonen Magazine
Maison d’édition japonaise : Kodansha
Maison d’édition française : Pika
Nombre de volumes au Japon : 12 (en cours)
Nombre de volumes en France : 11 (en cours)
Date de publication en France : 2014

Résumé :
Tôta Konoe a un rêve qui lui tient à cœur : rejoindre la capitale, perchée sur un pilier géant, et devenir célèbre ! Mais s’il veut quitter sa campagne, il va devoir remplir la condition imposée par le chef du village : battre Yukihime, une magicienne accomplie qui est également sa tutrice. Jour après jour, Tôta défie Yukihime dans l’espoir de remporter enfin la victoire ? Mais l’arrivée d’un chasseur de primes qui en veut à leur vie va sonner la fin de leur quotidien paisible !

Lire la suite

Chihayafuru, tome 11

Titre original : ちはやふる
Titre français : Chihayafuru
Mangaka : Yuki Suetsugu
Genre :  Jôsei, romance, sport, school life, jeu
Pays : Japon

Magasine de prépublication : Be Love
Maison d’édition japonaise : Kodansha
Maison d’édition française : Pika Edition
Numéro de tome : 11
Date de publication au Japon : 2010
Date de publication en France : 2015
 

Résumé :

En sixième, la petite Chihaya fait la connaissance d’Arata, un nouvel élève qui vient de Fukui. C’est un jeune garçon mature et peu bavard qui cache un talent tout particulier : il excelle à un jeu appelé karuta, qui regroupe les cent poèmes traditionnels du Hyakunin Isshu. Chihaya est très impressionnée par sa capacité à ramasser les bonnes cartes en une fraction de seconde, avec une ardeur inégalée. Mais de son côté, Arata est cloué sur place par la disposition naturelle que semble présenter Chihaya vis-à-vis de ce jeu… 
Plusieurs déterminations très fortes vont se croiser au sein de ce récit qui prend sa source au beau milieu de l’enfance !
 
 

Lire la suite

Yamato Nadeshiko

Titre original : ヤマトナデシコ七変化 (Yamato Nadeshiko Shichi Henge)
Titre français : Yamato Nadeshiko
Mangaka : Hayakawa Tomoko
Année de création : 2000
Genre : Shôjo, romance, humour, horreur (?), school life
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Bessatsu Friend
Maison d’édition japonaise : Kodansha
Maison d’édition française : Pika
Nombre de volumes au Japon : 36 (terminé)
Nombre de volumes en France : 26 (en cours)
Date de publication en France : 2008

Existe en anime (25 épisodes)
Existe en drama (10 épisodes de 45 min)
 

Résumé :

Une jeune fille qui choisit de rejeter toute forme de beauté pour ne plus se consacrer qu’à l’horreur et au fantastique… Voilà la sitation à laquelle doivent faire face quatre jeunes et beaux garçons. Leur objectif ? Transformer Sunako, leur colocataire, en une charmante jeune femme ! Malheureusement, les quatre garçons sont bien trop lumineux pour celle qui aime vivre dans la pénombre ! 
Un manga complètement déjanté !

Lire la suite