Les lectures de la semaine (28/08 – 03/09)

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Pokémon, la grande aventure, tome 3
Reine d’Égypte – tome 1
Chocola & Vanilla – tomes 1 à 8
Ginger Honey
Queen’s Quality – tome 1

Pokémon, la grande aventure – tome 3

Avec ce tome 3, je termine la série « La grande aventure » qui se concentre sur la région de Kantô et la première génération de Pokémon. On est dans l’univers de jaune, bleu et rouge, si ce n’est que le scénario est complètement différent. Les ennemis ne sont pas ceux auxquels on penserait en entamant la lecture ; et malgré tout c’est tout de même sombre « Tu ne fais pas ce que je dis, alors tu n’as qu’à mourir *essaie de précipiter l’adversaire ennemi dans la lave*« . On redécouvre nos anciens jeux Pokémon sous un nouveau jours, et en même temps ça reste familier (les humeurs de Pikachu que l’on peut voir avec le Pokédex, ce sont les mêmes images pixelisées que dans le jeu Pokémon jaune haha). Dans ce tome-ci, nos héros affrontent le Conseil des 4, qui a pour objectif d’éradiquer la race humaine car elle ne mérite pas de vivre avec les Pokémons (eux, ils vont s’entendre avec la Team Plasma dans Pokemon Noir/Blanc !). On découvre la véritable identité de Jaune (que l’on devine dès le début en fait, on nous laisse suffisamment d’indices pour ça) et on retrouve enfin Rouge ! Rouge, héros du premier tome, mais grand absent depuis le milieu du tome 2… J’ai trouvé que c’était un peu long, toute cette partie « recherche », mais à part ça, j’ai passé un bon moment avec ce manga. (Par contre, je me demande d’où Jaune tire sa force, parce que son équipe fait pale figure quand on voit ses adversaire… Aaah la magie de la Forêt de Jade :’D).

Reine d’égypte – tome 1

Une excellente surprise ! Reine d’Égypte a bien fait parler de lui lors de sa sortie, il y avait de quoi être intriguée. Du coup, j’ai encouragé la bibliothécaire à en faire l’acquisition car j’étais curieuse (et au final, elle l’a placé dans ses « coups de cœur »). Dès les premières pages, les graphismes m’ont conquise. Mais ce qui m’a convaincue, c’est le personnage de Chepsout. Elle m’a un peu fait penser à Arte, dans le sens ou elle est une femme dans une société où celles-ci ne sont pas prises au sérieux. Elle a beau être Reine, aux yeux des autres, elle n’est que porteuse de sang royal. Et pourtant, elle prend à cœur les intérêts de son royaume, qu’elle ne souhaite pas voir aux mains de son beau-frère, son mari. Ce dernier me fait bien rire, il est assez pathétique et n’en mène pas large face à Chepsout. En tout cas, j’ai bien aimé la détermination de cette jeune reine, et la façon dont elle essaie de lutter contre cette impuissance que lui confère son statut de femme. J’ai hâte de voir ce qu’elle va accomplir !

Chocola & Vanilla – tomes 1 à 8

Encore un manga dont j’ai beaucoup entendu parler, surtout par le passé, avec l’anime. Quand j’ai vu la série complète à la bibliothèque (assez rare qu’il ne manque pas un tome), je n’ai pas hésité et j’ai tout emprunté ! C’est un magical girl basique, à la lecture on voit qu’il est destiné à un public adolescent (les personnages sont en primaire ou au collège), mais j’aime ce genre de lecture sans prise de tête. Et je suis assez bon public donc je ne m’arrête pas à ce « mais c’est pour les petits » (dixit ma sœur en voyant la série sur mon bureau). Donc, qu’en ai-je pensé ? Ça se lit bien, mais c’et parfois un peu rapide, certains passages s’enchaînent trop vite et au final on n’en découvre pas assez sur les personnages malgré ces huit tomes. Lovin par exemple, a tout du personnage sympathique, du mentor qui va servir de modèle… Sauf que bon, on le voit à peine, on se demande où il a trouvé son statut de mentor… Il n’y a qu’à la fin que son rôle va se révéler important (et un peu cliché, il faut bien l’avouer). Chocola est ici l’héroïne (je m’interroge sur la présence de « Vanilla » dans le titre – je n’aime pas ce personnage, trop pure pour être réelle…), on la voit beaucoup évoluer, ainsi que sa relation avec Pierre, son ennemi. J’ai bien aimé ces deux personnages, j’aurais aimé que l’auteure développe un peu plus leurs échanges 🙂 Les graphismes sont beaux, et on les voit évoluer tout au long de la série, chose que j’apprécie beaucoup.

Ginger Honey

Très contente de cette lecture ! Natsume Isaku est pour moi une référence dans le yaoi. J’avais déjà pu lire un chapitre de ce manga, et en cherchant quelques doûjinshis de l’auteure, je suis tombée sur la version anglaise de ce manga, qui est la suite de Devil’s Honey (publié chez Tonkam). Enfin, la suite, pas vraiment mais plutôt un spin-off centré sur le petit frère et le meilleur ami du héros de Devil’s Honey. Devil’s Honey est un des mangas de Natsume Isaku que j’aime le moins, j’ai un peu plus de mal avec les personnages. Par contre, j’ai adoré ce spin-off ! J’ai trouvé que les personnages étaient attachants, surtout Minoru, le petit frère. Les deux personnages sont à l’opposé l’un de l’autre, et c’est ce qui rend leur relation assez mignonne. Ajouté à cela les graphismes de Natsume Isaku… Je ne pouvais qu’adhérer à ce manga ! En espérant une future licence… 🙂

Queen’s Quality – Tome 1

Queen’s Quality est la suite du manga QQ Sweeper, dont j’ai publié un avis pas plus tard qu’hier. On est ici dans la continuité de QQ Sweeper, si ce n’est que Fumi est d’emblée mise au centre du récit. Avec toutes les découvertes qu’on a pu faire grâce à QQ Sweeper, on se doute que ça ne va pas être de tout repos pour la jeune fille, et qu’elle va devoir compter sur Kyûtaro plus que jamais ! Ce dernier est de plus en plus mignon, il s’ouvre de plus en plus auprès de Fumi (mais son problème de communication persiste), mais garder le secret sur son passé lui pèse… On l’aura compris, Queen’s Quality se révèle d’emblée plus sombre que son prédécesseur, avec l’arrivée d’un nouveau personnage qui veut aider Fumi à ne pas libérer la « Reine » qui sommeille en elle. Un premier tome qui nous replonge dans la série dès les premières pages et qui nous donne envie d’en connaître la suite ! L’humour est toujours aussi présente, j’ai eu un gros fou rire lors de ce passage où Fumi et Kyû partent faire du shopping ^^

 

Bilan : 12 mangas lus. J’ai commencé 3 nouvelles séries, dont une que j’ai terminée (Chocola & Vanilla) ; terminé Pokémon et ai lu un Oneshot. Que de bonnes lectures cette semaine, entre Reine d’Egypte que j’ai adoré découvrir et Ginger Honey que je souhaitais lire depuis un moment… Sans oublier Queen’s Quality, j’avais hâte de retrouver Fumi et Kyûtaro ♥

Publicités

Les lectures de la semaine (21/08 – 27/08)

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Pokémon, la grande aventure – tome 2
Sherlock, une étude en rose
Scarlet Fan – tome 3
L’Attaque des Titans – tome 22
Hana Rai

Pokémon, la grande aventure – tome 2

J’aime beaucoup le manga Pokémon. J’avais quelques réserves avant d’entamer le tome 1, vu tout ce qu’il y a autour de l’univers, mais elles ont vite été dissipées. On retrouve beaucoup plus l’ambiance du jeu que dans l’anime ; Rouge a le potentiel du dresseur Pokémon un peu naïf, mais très fort. Sur ce point, il est assez proche de Satoshi/Sacha, mais il semble plus intelligent. Surtout quand on voit sa relation avec Bleu (représenté par Shigeru/Régis dans l’anime), qui est beaucoup plus poussée : les deux sont rivaux mais leur rivalité les pousse à aller plus loin et à apprendre l’un de l’autre. Un bel exemple dans ce tome 2 : la ligue Pokémon. Sans surprise, on aura droit à un beau combat entre ces deux là qui va nous montrer ce qu’ils ont pu apprendre l’un de l’autre. Une très bonne surprise qui continue avec tome 2. Entre le combat contre Giovanni, la ligue Pokémon, le mystérieux conseil des 4, ce nouvel arrivant nommé Jaune… Il s’en passe des choses ! Les volumes sont en plus très volumineux, ils se savourent. J’adore la couverture de ce tome, j’ai toujours beaucoup aimé le personnage de Blue.

Sherlock, une étude en rose

Voilà un manga qui m’a beaucoup intriguée quand j’en ai entendu parler… Je suis une grande fan de la série Sherlock, alors je ne pouvais passer à côté de son adaptation en manga. Ce premier tome est l’adaptation de l’intégralité du premier épisode. Un épisode durant plus longtemps qu’un épisode de série lambda (1h30), on ne s’étonnera pas que le manga soit plus conséquent qu’un tome ordinaire ; j’ai mis plus de temps à le lire que le tome 22 de l’Attaque des TItans par exemple. Le tome est fidèle à la série, et même si l’on connaît déjà le déroulement de l’histoire, c’est intéressant de redécouvrir cette dernière sous ce format. J’aime beaucoup les graphismes, là ici on reconnaît bien les personnages principaux et les auteurs ont bien su retranscrire leur personnalité. Je suis assez satisfaite de cette adaptation. Enfin, pour moi la série se suffit à elle-même, mais comme je l’ai dit, c’est sympathique de la redécouvrir sous un autre format.

Scarlet Fan – tome 3

Scarlet Fan est un manga que j’ai enfin pris le temps de découvrir le mois dernier et que j’ai beaucoup aimé. On est dans un shôjo, mais plutôt sombre puisqu’on va parler de fantômes et de pouvoirs mystérieux ; ce qui n’est pas sans rappeler certains titres comme Black Bird ou encore Divine Nanami. Soleil le range par ailleurs dans sa collection « Gothic ». Pour ce tome 3, on est plus sur un tome de transition. Un arc se termine (assez rapidement, le temps d’un ou deux chapitres), puis on revient dans le quotidien de nos héros. Entre les invocations et le lycée, ils n’ont pas le temps de s’ennuyer. Et justement, en parlant de lycée… Un nouvel arc va débuter avec l’introduction de deux nouveaux élèves. On ne les voit que très peu mais ils ont le temps de faire des dégâts, et suite à leur apparition on se pose de nouvel question ; notamment sur le pouvoir de Miku… C’est sympa de retrouver les personnages dans leur vie de lycéens ; et j’ai adoré rencontrer les nouveaux (parce que bon, trois personnages récurrents, au bout d’un moment… on ne s’en lasse pas mais presque). Pour moi, c’est un bon tome, qui donne surtout très envie de connaître la suite.

L’Attaque des Titans – tome 22

Ahlala, que vous dire si ce n’est que j’attendais ce tome avec grande impatience ? Bon, rien de nouveau puisque j’avais déjà lu ces chapitres, mais c’est toujours un plaisir de les relire en format papier et de redécouvrir toutes ses révélations à la suite. Parce qu’on peut dire que depuis le tome 21, depuis la découverte des carnets de Grisha, on ne nous abreuve que de ça ; des révélations sur les Titans et surtout, sur le véritable ennemi qui se cache derrière les murs. Du coup, on se pose aussi pas mal de questions (par exemple, on a eu une grande discussion, avec ma sœur, à propos des souvenirs partagés à travers les différents temps entre détenteurs des pouvoir d’un des neufs titans) et on tente, encore et toujours de faire nos propres hypothèses que l’on a hâte de vérifier (si le titan bestial n’est pas celui auquel je pense, je remettrai sérieusement en doute mes capacités de raisonnement…).

Hana Rai

La découverte yaoi de la semaine. Pas folichon comme titre. Ça se lit très vite, et c’est justement pour ça que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages. L’idée de départ était pourtant pas mal, c’est le premier manga que je lis qui se centre sur le métier d’artificier et j’ai aimé en apprendre un peu plus (mais seulement un peu malheureusement…) sur ce métier. Par contre, pour ce qui est de la romance… C’est une autre histoire. Ici Madoka reprend la boîte de son grand-père ; c’est lui qui va maintenant concevoir les feux d’artifice qui font la fierté de sa famille depuis quelques générations. Dès son premier jour en tant que chef, un jeune homme du nom de Mitsuki leur rend visite et dit être l’amoureux de son grand-père. Mais bon, le grand-père n’a jamais eu ce genre d’affection pour Mitsuki, à part une affection paternelle ; alors il va briser le cœur de ce dernier. Mais comme Madoka s’est pris d’affection pour Mitsuki, ce coeur brisé ne le sera pas pour très longtemps. Alors oui, Madoka est assez pure et attendrissant ; par contre le Mitsuki là… Je n’ai pas apprécié cette impression que j’ai de lui, comme s’il se contentait d’avoir le petit fils quoi… Du moins au début, parce que dans yaoi-land, il suffit d’une nuit pour tout changer… Un titre qui se lit facilement, mais si vous cherchez une histoire avec une trame bien travaillée, passez votre chemin. (Par contre, j’aime beaucoup les graphismes ^^)

 

Bilan : 5 mangas lus. J’ai commencé 2 nouvelles séries, que des oneshots (du moins, je considère Sherlock en tant que tel, puisque l’affaire est complète). Un très petit bilan, j’ai très peu lu cette semaine, et je n’ai pas réussi à commencer le tome 3 de Pokémon. La principale raison, c’est que [INSTANT BLABLA] j’ai testé l’application de chant Sing! de Smule, et que j’ai bien aimé chanter des génériques d’animes :’D Donc voilà~ Sans oublier que je viens de me prendre la version jaune de Pokémon sur le Nintendo e-shop (c’était mon premier jeu sur console portable ♥ alors bon, comme y’avait une promotion, j’ai sauté sur l’occasion). Et aussi, je compte relire – pour la énième fois – A la Croisée des Mondes de Philipp Pullman (une trilogie GÉNIALE que je vous conseille au passage, l’auteur nous a préparé une suite qui sort en octobre – enfin suite, c’est vite dit puisque le premier tome sera un tome consacré au passé contrairement aux deux suivants).

Les lectures de la semaine (13/08 – 20/08)

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Les Mémoires de Vanitas – tome 1
Kasane – tome 6
Ameiro Paradox – tomes 1 et 2 (relecture)
Yona, Princesse de l’Aube – tomes 15 à 18 (relecture)
Platinum End – tomes 1 à 3
Malicious Code – tomes 1 à 4

Les mémoires de Vanitas – tome 1

Ce manga m’intrigue depuis un moment. Ayant fait pas mal parler de lui à sa sortie, j’avais moi aussi envie de suivre les aventures de Noé et de Vanitas. Il a reçu beaucoup de critiques élogieuses – que je n’ai pas lues, préférant découvrir par moi-même… Je n’en avais même pas lu le résumé pour tout vous dire, je savais juste que ça parlait de vampires dans un Paris steampunk. Et bien le résultat est que mes attentes ont été satisfaites ! Pas dépassées, car après avoir adoré Pandora Hearts, je m’attendais une nouvelle fois à une oeuvre magistrale. Mais j’ai été très agréablement surprise par les personnages et le ton de l’histoire. L’auteure nous démontre une nouvelle fois qu’elle sait jongler entre situation dramatique et humour, ses personnages très expressifs nous dévoilent tous une personnalité très poussée (mais on sent déjà qu’il va falloir bien creuser dans les prochains tomes). Le personnage de Vanitas m’a fait beaucoup rire, son duo avec Noé possède par ailleurs une très bonne alchimie. Noé aussi m’a surprise, il apparaît un peu « sage » mais n’est pas exempt d’un accès de colère. J’en ferai une critique un peu plus longue prochainement. J’ai en tout cas hâte de lire la suite ! ♥

Kasane – tome 6

Un tome très concentré sur Nogiku, la demi-sœur de Kasane. Celle-ci avait deviné la vérité sur sa demi-sœur dans le tome précédent, et ici tout se confirme lorsqu’elle découvre ce que Kasane cache dans la pièce fermée à clé de son appartement : Nina Tanzawa dans le coma. C’est aussi l’occasion de retrouver Nina, qui n’est pas tout à fait inconsciente, au travers de ses pensées. Sa « rencontre » avec Nogiku va lui permettre de jouer son dernier acte en tant qu’elle-même ; et va renforcer la haine de Nogiku envers Kasane. Cette dernière s’interroge d’ailleurs sur pas mal d’aspects de sa vie, elle est consciente que pour connaître le bonheur, elle implique la souffrance des autres… La fin d’une ère qui signe le début d’un arc très sombre. J’ai hâte de voir la confrontation de Nogiku / Kasane, et en même temps, j’angoisse pour la suite. Quand je lis un tome de Kasane, je sais que je ne vais pas ressortir toute joyeuse de ma lecture.

Ameiro Paradox – tomes 1 et 2 (Relecture)

Natsume Isaku est une de mes mangakas BL favorites. Je trouve qu’elle n’a pas son pareil pour nous offrir de bons scénarii et des personnages bien définis, des personnages qui ont une histoire, un passé. On ne se concentre pas que sur ces derniers, ils font parti d’un tout, il y a une histoire en arrière plan. Ici, en l’occurrence, on est dans le milieu de la presse, nos personnages principaux, Onoe et Kaburagi, sont amenés à faire équipe lorsqu’Onoe se retrouve transféré dans le même service que Kabu. Kabu est un personnage assez fascinant, il fait son boulot avec une certaine lassitude, il n’aime pas l’aspect sombre de celui-ci (révéler les secrets les plus sombres de personnalités importantes) et ça se ressent, il dégage quelque chose d’assez mélancolique. C’est là qu’Onoe intervient. Par sa nature franche et pure, il va apporter un côté réconfortant à ce duo. Il va surtout dérouter le pauvre Kabu ^^ J’ai déjà écrit un avis un peu plus complet sur ce manga, il s’agit ici d’une (énième) relecture. C’est un manga que je conseillerais à tous les amateurs de BL, les graphismes sont soignés, l’histoire a un bon background et les personnages sont travaillés.

Yona, Princesse de l’Aube – tomes 15 à 18 (Relecture)

Petite relecture de Yona, Princesse de l’Aube avant la sortie du tome 19 (23 août). J’ai repris à partir du tome 15 car j’aime beaucoup l’arc avec la Tribue de l’eau ; c’est l’occasion de faire de nouvelles rencontres (Lili) mais aussi de retrouver des personnages que l’on voit peu (mais je ne spoilerais pas :)). Cet arc ne s’éternise pas sur beaucoup de tomes, mais il va avoir des conséquences sur la guerre entre le Royaume de Koka et le Royaume de Kai, surtout ici le Kai du sud qui a eu son rôle dans cette corruption de la Tribue de l’eau. Yona, Princesse de l’Aube est un de mes mangas favoris de ces dernières années, j’attends tous les mois le nouveau chapitre avec impatience. Yona évolue beaucoup au fil des tomes et c’est toujours un plaisir de la retrouver, elle et ses compagnons. On a une grosse révélation sur l’un d’eux dans le tome 18, j’ai beaucoup aimé lire ce passage (je n’ai toujours pas vu l’OAV qui lui est consacré, mais je sens que je vais le faire bientôt ^^). Encore quelques tomes et on rattrape la publication japonaise, je n’ai pas vu le temps passé depuis la parution du tome 1. J’avais par ailleurs fait une critique de ce dernier (qui remonte un peu).

Platinum end – Tomes 1 à 3

Ce manga a un peu trop fait parler de lui, et en général ça a tendance à me refroidir… Du coup j’ai attendu un peu avant de commencer la série. On la compare trop à Death Note car ce sont les mêmes auteurs, mais je trouve que ce n’est pas la meilleure façon d’en parler puisque ça n’a rien à voir car on compare un shônen et un seinen. Rien qu’au niveau contenu, on voit que les répliques sont moins longues et le rythme un peu moins lent. Mais sur ces trois tomes, j’ai trouvé qu’on s’éternisait un peu au niveau de l’intrigue avec Metropoliman. Ce dernier semble être l’ennemi à abattre, mais on oublie un peu qu’il y a d’autres candidats. On est dans une ambiance qui rappelle des titres comme Battle Royale et Hunger Games : 13 « candidats » choisis par des anges vont s’affronter pour obtenir le titre de Dieu, et certains sont prêt à tuer pour ça. Je parle ici de Metropoliman, mais je ne pense pas qu’il n’y en ait qu’un seul de malveillant… A voir comment ça va se passer par la suite. J’ai bien aimé cette lecture, je me demande quel avenir attend les personnages ; et surtout j’aime toujours autant les dessins de Takeshi Obata !

Malicious Code – tomes 1 à 4

Malicious Code avait bien commencé pour moi. On nous parle dès le début d’un mystérieux virus qui a décimer une grosse partie de la population excepté des enfants dont l’ADN aura par la suite fusionné avec le virus. Ces enfants ont grandi et le virus va alors se manifester en leur conférant des pouvoirs que l’ont va appeler « codes » et qui seront divisés en trois catégories (physique, mental, et le troisième – rare – dont j’ai oublié le nom mais qui est plutôt de l’ordre du piratage, du genre qui annule les autres codes). Jusqu’ici, l’intrigue était bonne, il y avait de l’idée. Mais plus j’avançais dans la lecture, plus je trouvais que le rythme oscillait beaucoup. Certaines scènes s’enchaînent un peu trop vite, on n’a pas assez d’informations, ou alors certains passages traînent un peu en longueur. Bon, ça encore, ça peu passer, j’ai vu pire. MAIS ce qui m’a déçue ici, c’est que la série (terminée en 4 tomes) n’a pas de fin ! J’ai cru que ça continuait sur un autre manga (un peu comme QQ Sweeper et Queen’s Quality), mais non, le manga se termine sur [SPOIL] une scène où tu vois les protagonistes se dirent un truc du genre « On va se réunir pour aller vaincre l’organisation qui nous a mis dans ce foutoir » et hop, un petit plan de Tokyo. [FIN DU SPOIL] J’ai cru que c’était une blague, on ne peut même pas parler de fin ouverte à ce niveau… J’étais assez remontée à la fin de ma lecture, c’est rare que je sois autant déçue d’un manga, moi qui suis plutôt bon public… C’est bien dommage car le scénario était bon, les personnages auraient pu être plus développés…

 

Bilan : 15 mangas lus ; dont deux relectures. J’ai commencé 3 nouvelles séries, dont une complète : Malicious Code. Une déception concernant ce dernier, mais je suis très satisfaite de mes autres lectures (et relectures évidemment). J’ai préféré lire Les Mémoires de Vanitas cette semaine, un début de manga très prometteur ♥

LES LECTURES DE LA SEMAINE (07/08 – 13/08)

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Dimension W – tomes 1 et 2
Overlord – tome 1
Mushishi – tome 1
Ad Astra – tome 1
Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka
Border – tomes 1 et 2
Blue Spring Ride – tomes 1 à 13 (relecture)
Caramel Honey
Zutto Kitto – tome 1

Dimension W – tomes 1 et 2

Un début de série assez confus, puisque l’auteur a fait le choix de commencer son manga en entrant dans le vif du sujet. La dimension W est une quatrième dimension, que l’on ne perçoit pas comme les trois autres (x, y, z) mais qui existe bel et bien. Elle fournit une quantité d’énergie inépuisable, et ce sont les « coils » qui font le lien entre notre monde et cette dimension. Le héros de cette histoire, Kyoma, est un « récupérateur », allergique aux nouvelles technologies et qui voue une haine aux coils. Il va croiser la route de Mira, une jeune fille pas comme les autres… En effet, dans une société où il est commun de croiser des androids, il n’est pas rare de tomber sur l’un d’eux au détour d’une ruelle. Sauf qu’un android qui ressent des émotions, c’est inhabituel. Une drôle d’alliance va alors se mettre en place. J’ai beaucoup aimé lire ces premiers tomes. Et pourtant, c’était mal parti car je n’aime pas commencer un livre que je ne comprends pas tout de suite (ces mystérieux coils dont on nous parle à peine, par exemple…). On en saisit les grandes lignes au fur et à mesure de la lecture. Mais surtout, les personnages sont intéressants et intriguants, ce qui a suffi à attiser ma curiosité. Ajoutés à cela de beaux graphismes… C’est un bon début de série ! J’ai adoré la fin du tome 1, ce combat contre « Loser » (rien que le nom… haha) qui s’annonce palpitant et signe la première collaboration de Kyoma et Mira. Le tome 2 reprend la fin de cette bataille ; et nous donne aussi un aperçu du quotidien de Kyoma et de son voisinage ; chose que j’ai aimé découvrir ! Ça donne envie de continuer la série.

Overlord – tome 1 (manga)

Hmm je suis plutôt sceptique pour cette lecture. Je ne sais qu’en penser. J’aime bien les graphismes, l’univers sur fond de fantasy me plaît bien, seulement… On est encore une fois dans un univers issus d’un jeu vidéo ; notre protagoniste semble coincé dans la réalité virtuelle (tiens, ça me rappelle quelque chose…) d’un jeu qui était apparemment voué à disparaître, mais on ignore pourquoi. Et surtout, il semble être le seul. Est-ce parce qu’il ne souhaitait pas se déconnecter, est-ce de sa volonté au final ? Puisqu’il ne semble pas s’affoler, il essaye de se déconnecter mais n’y arrivant pas, ne persiste pas (puisque qu’il n’aime pas la vie qu’il mène dans la réalité). Dans ce monde, il est un Overlord, un mort-vivant très puissant. Il contrôle une forteresse et possède de puissants items. Les personnages du jeu ont acquis une personnalité, et c’est comme si cette vie avait toujours été la sienne, puisqu’ils s’adressent à lui de façon tout à fait normale, comme s’ils avaient toujours vécus ensemble dans cette forteresse. Voilà pourquoi je suis sceptique : on nous donne un univers assez riche mais je trouve pour le moment le scénario assez pauvre, on voit quelques combats, c’est sympa mais je ne perçois toujours pas de fil conducteur… Je pense que le Light Novel me plaira plus.

Mushishi – tome 1

Un très bon premier tome pour Mushishi ! Ça fait longtemps que je souhaitais lire ce manga, j’adore les thématiques abordées. Les petits Mushi, la nature… Le manga a un petit côté traditionnel que j’aime beaucoup, et je trouve que les dessins plutôt doux sont parfaitement adaptés à l’univers. Je me demande bien pourquoi je ne m’y suis pas plongée plus tôt ; il a fallu que l’on me le prête pour que je me décide à le lire… Le personnage principal est très mystérieux, on se demande ce qu’il lui est arrivé, comment il est devenu un Mushishi (chasseur de Mushi) et surtout, quels sont ses objectifs. Et pourquoi il a des Mushi avec lui (la fumée). Tant de questions se posent également à propos des Mushi. On ne peut dire s’ils sont malveillants ou non (comme les humains, quoi…) , ils sont plutôt difficiles à cerner, et il en existe une multitude. C’est le manga que j’ai le plus aimé découvrir cette semaine (Dimension W n’est pas loin derrière).

Ad Astra – tome 1

J’aime découvrir quelques pans de l’Histoire à travers les mangas. Ici, on va suivre le combat du célèbre Hannibal contre Rome. Hannibal, je le connais surtout de nom, je me suis dit que ça serait l’occasion d’en apprendre plus sur ce personnage. Ce premier tome était sympathique, mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Ici, Hannibal est l’ennemi, le héros étant Scipion. On va surtout avoir le point de vue des romains, qui craignent l’avancée de Carthage et des gaulois que Hannibal réussit à rallier. Hannibal est un grand général qui enchaîne stratégie sur stratégie ; ça semble mal partie. Mais l’arrivée du jeune Scipion va visiblement changer la donne, puisque celui-ci a l’esprit aussi vif et est surtout très réactif. C’est l’aspect qui m’a le plus plu ici, le côté stratégique. Côté graphisme, je suis un peu moins convaincue : ceux-ci sont travaillés mais j’ai beaucoup de mal avec les visages, tous semblables et au final assez « vides ».

Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka

La particularité de ce manga est qu’il est tiré de faits réels. L’auteur nous raconte son parcours, comment il est devenu mangaka alors qu’il avait des difficultés à aller à l’école. Le titre est un peu trompeur, puisqu’il n’était pas pour autant déscolarisé : il allait parfois à l’école, mais n’y trouvait pas sa place. Il a bien essayé d’être « normal », ce qui pour lui signifier parler fort et brutaliser les autres comme on l’avait brutalisé lui… Forcément, je n’ai pas aimé cet aspect de sa personnalité, j’ai toujours du mal avec le harcèlement scolaire. C’est donc avec un certain malaise que j’ai abordé certains passages. Mais d’un certain côté, les personnages ne sont pas manichéens, on peut aussi bien les prendre en sympathie que les mépriser. Ça les rend bien plus humains. Pour ma part, j’ai surtout apprécié les passages où le héros dessine et vit sa passion pour le dessin. Sa rencontre avec un auteur qu’on connaît bien a été déterminante, et l’interview à la fin de cet auteur apporte vraiment un plus au récit. Ça le rend encore plus réel. Le manga se lit assez facilement, contrairement à ce que laisse penser son épaisseur, on est vite pris dans le récit car on veut savoir comment le personnage va s’en sortir. Ça nous rapproche en plus du mangaka et donne envie de connaître ses autres travaux. Je ne suis pas particulièrement fan des dessins, mais je trouve que les expressions sont bien travaillées.

Border – tomes 1 et 2

Deux tomes sympathiques à lire. On suit les pas de l’inspecteur Ishikawa, un inspecteur des forces de police de la section criminelle. Ce dernier a la particularité de voir les fantômes des personnes assassinées avant leur incinération ; particularité qui est apparue après qu’il a survécu miraculeusement d’une blessure par balle à la tête (balle qui est toujours présente). Ses jours sont comptés, cette balle qu’il a dans la tête l’aide à résoudre des crimes, mais elle pourrait bien mettre fin à sa vie d’un moment à l’autre.
J’ai bien aimé ce manga, on va suivre plusieurs enquêtes mais également en apprendre plus sur l’inspecteur. Celui-ci ne résout pas ses enquêtes seul, il est bien entouré mais sait aussi où trouver l’info dont il a besoin. On s’attache à lui ainsi qu’aux victimes, et on aimerait en apprendre plus sur sa faculté à voir les fantômes.
Le tome 2 est très intéressant car on découvre un indice, en même temps que l’inspecteur, sur cette fameuse faculté. De nouveaux personnages apparaissent également, d’autres sont plus mis en avant. J’ai aussi trouvé les deux enquêtes plus touchantes et tristes…

Blue Spring Ride – tomes 1 à 13 (relecture)

Blue Spring Ride est un de mes mangas favoris ! (Petite critique qui remonte à quelques années) J’ai profité des soldes pour m’offrir le coffret collector de l’anime (on me l’a un jour prêté et je l’avais trouvé encore plus joli que sur les photos ♥ Alors je n’ai pas résisté ^^) et après l’avoir reçu, ça m’a donné envie de relire les 13 tomes. Depuis la sortie du tome 13, je ne les avais pas relus tous à la suite, et c’était ici un réel plaisir de retrouver tout ce panel de personnages que j’adore. Que ce soit Futaba, Kô, Tôma, Murao… J’ai l’impression de retrouver une bande d’amis, un peu comme lorsque je regarde la série Friends. Et puis l’auteure ne se centre pas seulement sur le couple principal, elle approfondit tous ses personnages et les rend tous attachants, à leur manière (excepté Narumi que je n’ai jamais su apprécier…). C’est un excellent shôjo tranche de vie, on nous raconte les aventures d’un groupe de lycéen banal, mais c’est justement ce qui est intéressant car on s’identifie à eux et on s’y attache très vite. Le personnage de Kô m’a beaucoup touchée, c’est celui qui évolue le plus. J’aime beaucoup le moment où il se détache du passé et essaie d’aller de l’avant pour récupérer Futaba ; j’aime quand il devient honnête envers lui-même.

Caramel Honey

Caramel Honey est un yaoi non licencié en France. Le héros, Ayato, se retrouve transféré dans une école côtoyée par des voyous. Sa particularité, c’est qu’il les attire où qu’il aille : on lui cherche des noises dans la rue, etc. Mais quand il retire ses lunettes, c’est une autre forme d’attirance qui opère… Ses yeux hypnotisent, en quelque sorte, et les autres sont attirés par lui ; excepté Horiguchi, la pire brute du coin (évidemment !). Il semble l’aimer pour ce qu’il est, voilà pourquoi le pouvoir des yeux de Ayato n’agit pas. Au final, à part le pouvoir des yeux qui n’est pas trop récurrent, c’est un yaoi bourré de clichés. Le héros est un peu trop naïf, tandis que Horiguchi est plutôt rentre-dedans et franc. Bon, le point positif quand même, c’est que ce dernier ne « force » pas le héros (enfin, il l’embrasse quand même de force, mais ça ne va pas plus loin) et le respecte (presque). Ce couple ne m’a pas touchée malheureusement, je trouve la relation très creuse. Les derniers chapitres sont concentrés sur le frère de Horiguchi et j’ai préféré son histoire, et de loin !

zutto kitto – tome 1

J’aime beaucoup ce yaoi (non licencié… Si un éditeur passe par là, ce titre est vraiment super *w*). La relation entre les deux personnages est très douce et mignonne. C’est ici l’histoire de Yuzuki et Jin, qui étaient amis et dans le même club au lycée. Un événement s’est produit et ils se sont perdus de vue, ce que regrette beaucoup Yuzuki. Ce dernier a continué à faire du saut à la perche dans l’espoir de revoir Jin un jour. Il le recroise en fait rapidement, dès le premier chapitre, mais leur relation n’est plus comme avant, ils se sont aussi bien éloignés au niveau géographique qu’au niveau de leur relation. Les chapitres suivants nous racontent pourquoi et nous montrent leurs années de lycée. On va ainsi apprendre ce qu’il s’est passé et ce qui les a éloignés. Et on va mieux comprendre d’où viennent les regrets de Yuzuki et l’attitude de Jin. La fin du tome est très belle, on pourrait même terminer le manga ici. Mais pour notre plus grand bonheur, il y a quatre tomes, et j’ai hâte d’ouvrir ce nouveau chapitre de leur relation.
Les dessins sont également très doux, à l’image du scénario. C’est apparemment le seul titre de l’auteure (du moins c’est ce que je vois quand je recherche ses travaux en ligne), j’espère qu’elle ne va pas s’arrêter là, elle a un beau coup de crayon.

 

Bilan : 23 mangas lus ; dont une relecture. Je n’ai commencé que des nouvelles séries (dont deux Oneshots). A part Blue Spring Ride, mes meilleures lectures de la semaine sont Mushishi et Dimension W. Border n’est pas mal non plus dans son genre, surtout que la série est terminée en 4 tomes alors ça donne envie d’aller jusqu’au bout. Un bon petit bilan ^^

Les lectures de la semaine (31/07 – 06/08)

Cette semaine, j’ai recommencé à noter mes lectures dans un carnet (j’avais un peu délaissé l’ancien – moi et ma manie de ne pas aller au bout des choses…) et je me suis dit que j’allais également faire en complément un bilan de mes lectures par semaine chaque dimanche sur le blog 🙂
J’essaierai prochainement de faire un visuel ^^

Et donc, qu’ai-je lu cette semaine ?

Akira – tomes 5 et 6
Kasane – tome 5
Le mari de mon frère – tome 2 et 3
Bonne nuit Punpun – tome 2
Pandora Hearts – tome 22 à 24

Akira – tomes 5 et 6

J’ai terminé l’édition Noir et Blanc de Akira. J’ai bien aimé suivre la série, qui m’avait pas mal intriguée lorsque j’étais adolescente car je la voyais beaucoup en bibliothèque. La notoriété du manga attisait encore plus ma curiosité, donc raison de plus… Dans ces deux derniers tomes, on retrouve enfin Kaneda (il m’avait manqué celui-là, j’aime beaucoup son personnage et le charisme qu’il dégage), qui avait disparu lors de la précédente catastrophe ; mais pas le temps pour des retrouvailles affectueuses (que ce soit avec Kei ou avec le chef de gang rival), le pouvoir de Tetsuo grandit à chaque instant. J’ai bien aimé cette suite, mais la fin m’a frustrée. L’auteur nous quitte sur des répliques et mises en scènes qui laissent place à l’interprétation… Et je dois dire que ce n’est pas le genre de fin que j’apprécie le plus, tout comme les fins ouvertes. Résultats, je suis allée voir les interprétations des internautes sur des forums, pour voir si je supposais bien. Il ne me reste plus qu’à voir le film.

Kasane – tome 5

Aaah Kasane… Je suis toujours tiraillée quand j’en lis un tome. D’un côté, on a Kasane, qui vit la vie « normale » dont elle a rêvée, mais en empruntant le visage d’une autre ; et de l’autre on a Nina qui est « captive » de toute cette machination. Impossible de prendre parti, j’angoisse pour l’une comme je stresse pour l’autre. Depuis le tome précédent, une nouvelle personne a fait son apparition : Nogiku, la demi-soeur de Kasane. Cette dernière a beaucoup souffert car c’est sa mère qui servait de « visage » à la mère de Kasane ; et elle a également souffert d’avoir hérité de cette beauté. Elle est bien décidée à retrouver Kasane, afin de voir si la jeune fille est heureuse, et si c’est le cas, de se venger. Dans ce tome-ci, Nogiku s’est encore plus rapprochée de Kasane/Nina, les deux jeunes filles aiment passer du temps ensemble. Mais la vérité va bien vite les rattraper… C’est sombre et angoissant, mais c’est ce qui fait le charme de la série ! La semaine prochaine, je projette de lire le sixième tome ; vu comment se termine ce tome 5, ça promet !

Le mari de mon frère – tomes 2 et 3

De nouveaux personnages apparaissent dans cette suite. Mike est toujours aux côtés de la famille de son mari, et sa présence commence à générer des interrogations de la part des voisins. Méfiance de la part des uns, curiosité de la part des autres… L’auteur continue ici à nous dépeindre le quotidien des homosexuels, et plus précisément au Japon. Yaichi n’a pas vraiment d’idée sur la façon dont le sujet est traité dans la société nippone car on l’aborde en fait très peu. La vision de ce dernier change petit à petit, il apprend à connaître son beau-frère. S’il l’avait accepté dès le départ, il restait tout de même prudent vis à vis de Mike au début. Mais sa relation avec lui change, il apprend à le connaître et à apprécier sa compagnie, à l’accepter comme sa famille. J’ai bien aimé voir cette évolution du côté de Yaichi. Coming-out, rejet de la part des proches, acceptation… Gengoroh Tagame aborde ici de multiples sujets, qu’ils soient joyeux ou sombres. Ce qui rend l’histoire d’autant plus prenante.

Bonne nuit Punpun – tome 2

Punpun… La première fois que je l’ai vu dans les rayonnages de la bibliothèque, je ne me suis pas arrêtée dessus, la couverture ne m’attirait pas. Mais heureusement, ma bibliothécaire me l’a conseillée, et la lecture du premier tome m’avait donné un peu envie de connaître la suite. J’ai trouvé ce tome 2 plus intéressant, j’ai eu moins de mal à rentrer dans l’histoire puisque j’en connaissais déjà le début. On continue de suivre Punpun ; qui se pose un peu beaucoup de questions… Notamment sur sa promesse faite à Aiko. Il a peur de la possible relation qui pourrait s’instaurer entre eux, il faut dire qu’il n’a pas eu le bon exemple avec sa famille… On s’attache à ce dernier, et quand on pense qu’il n’a aucune réplique, on se dit que c’est vraiment bien joué de la part de l’auteur. J’ai plus apprécié ce tome que le premier, et je sais maintenant que j’ai envie d’en lire plus.

Pandora Hearts – tomes 22 à 24

J’ai refermé le dernier tome de Pandora Hearts hier, après en avoir commencé la lecture il y a deux semaines. J’étais en larmes. Depuis le tome 15, chaque nouveau tome me fait verser beaucoup de larmes, mais ces trois là encore plus. On sentait déjà qu’on approchait de la fin, les personnages convergeaient tous vers une seule et même destination : la ville de Sablier dans le passé. Les uns pour changer le cours des événements, et les autres pour le préserver. Jun Mochizuki achève sa saga d’une main de maître, c’est une fin digne de tout ce qu’on a lu jusqu’ici.  Elle n’enjolive pas, ce n’est pas tout rose. Il y a des moments remplis de joie comme il y a des passages plus sombres et tristes. On s’attache tellement aux personnages que c’est difficile de tous les quitter… Je donnerai des avis un peu plus détaillés sur chaque tome, mais sachez que cette série est un vrai coup de cœur ! (Et ces graphismes ! ♥)

 

Bilan de cette semaine : 9 mangas lus, dont deux séries terminées (Akira et Pandora Hearts), mais aucune nouvelle série commencée. Je suis plutôt satisfaite.