Love, be Loved, Leave, be Left – tome 1 à 3

love_be_loved_leave_be_left-1Titre original : 思い、思われ、ふり、ふられ (Omoi, Omoware, Furi, Furare)
Titre français : Love, be Loved, Leave, be Left
Mangaka : Io Sakisaka (Twitter)
Année de création : 2015
Genre : Romance, School Life, Comédie, Drame
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Margaret
Maison d’édition japonaise : Shueisha
Maison d’édition française : Kana
Nombre de volumes au Japon : 4 (en cours)
Nombre de volumes en France : 3 (en cours)
Date de publication en France : 2016

Résumé :
La meilleure amie de Yuna déménage. Le jour des adieux, Yuna rencontre Akari de manière surprenante. Tout oppose les deux jeunes filles : Yuna est rêveuse en amour, alors qu’Akari est réaliste. Malgré tout, elles deviennent amies et vont confronter leurs visions de l’amour.

Mon avis :

Quand j’apprends qu’Io Sakisaka est sur un nouveau projet, forcément je sais que je vais me jeter dessus ! Mais j’avoue, ici j’ai un peu tardé, j’ai une pile de mangas que j’adore qui s’est accumulée et que je n’ai pas encore pris le temps de lire (étonnant !). J’ai acheté les tomes à leur sortie, ce qui montre la valeur sûre qu’est le travail de la mangaka à mes yeux. Et je me suis enfin enfilée les trois tomes (l’avantage, c’est que tu n’attends pas entre chaque tome… Mais je veux le tome 4 T-T). Après avoir donné mon avis sur les autres mangas de l’auteure connus en France (ici et ici), voici donc mon avis sur ce manga.
Je vais en premier lieu en faire un avis général puis des avis rapides tome par tome (cliquer pour y accéder directement).

omoi-omoware-furi-furare3Love, be loved, Leave, be left a cette particularité d’avoir deux héroïnes et deux intrigues amoureuses principales. Ce n’est pas le premier shôjo à le faire (je pense par exemple à Mint Na Bokura de Wataru Yoshizumi) mais on ne peut pas dire que ça soit courant. Et ce n’est pas forcément chose aisée de se lancer dans de telles intrigues qui se croisent plus ou moins fortement. Pour moi, c’est un peu comme si l’auteure prenait un pari. Io Sakisaka nous a habitué à avoir dans chacun de ces mangas des héroïnes très différentes et surtout avec des visions de l’amour différentes. Ici, c’est pareil mais en double.

Et donc, nos deux héroïnes : Yuna est une lycéenne introvertie qui a une vision très utopique et passive de l’amour : elle attend que ça lui tombe dessus. Tandis qu’Akari est au contraire plus dans l’action et j’entends par là qu’elle pense surtout que l’amour ne lui tombera pas dessus tout seul et que c’est à elle de faire bouger les choses, quitte à tomber amoureuse après le flirt. Sans vouloir imposer sa vision à l’autre, elles vont en parler et chacune va apporter beaucoup à l’autre. Et pas seulement sur le point sentimental parce que ce qui lie nos deux héroïnes est avant tout une histoire d’amitié ! Elles vont faire connaissance au début du manga et toute une succession de hasard va les rapprocher, elles qui sont pourtant dotées de caractères vraiment différents.
J’ai très vite eu une préférence pour Akari, avec son caractère fort. Mais voir la grande évolution de Yuna à travers ces tomes et me doutant qu’elle ne va pas s’arrêter en si bon chemin, j’ai vite réviser mon jugement. Comme quoi… En fait, Yuna est un personnage vraiment intéressant, un des personnages les plus complexes de ce manga. Elle connait (presque) tous les détails, qui est amoureux de qui, qui a dit quoi, qui a fait quoi… Parce qu’on ne peut pas dire que les relations sont supers simples dans Love, be loved, Leave, be left ! Et c’est là que je me souviens pourquoi j’adore le travail d’Io Sakisaka, pour la complexité qu’elle apporte à une histoire qui commence de façon plutôt banale.

omoi-omoware-furi-furare5Et je ne vous ai pas encore parlé des personnages masculins… Deux principaux, évidement : Rio le petit frère d’Akari, et Kazu, l’ami d’enfance de Yuna. Kazu, c’est l’ami agréable et très sympathique qu’on aime tous avoir, malgré le fait qu’on ne sait absolument pas ce qu’il pense (Io Sakisaka le décrit d’ailleurs comme celui qu’elle a eu le plus de mal à cerner dans une de ses marges). Et c’est le genre de personnage que j’aime beaucoup en général. Et Rio… Ahlala je me suis totalement trompée sur son compte, je le prenais pour un garçon sans sentiment qui se contente de sortir avec les jolies filles comme on nous le dépeint, et j’ai eu du mal à l’apprécier au début. Au final, c’est mon personnage favori parce qu’il y a beaucoup de chose qu’on nous cache sur lui dès le début, et j’ai vraiment, vraiment hâte de voir comment il va évoluer.

Côté histoire : c’est du school life surtout. On voit beaucoup nos personnages dans le cadre scolaire. Encore une fois, l’auteure mise surtout sur les relations entre ses personnages. Et je vous parle de la romance : un vrai bazar ! C’est complexe, on ne sait pas avec qui on aimerait voir certains personnages [SPOIL fin tome 1 : surtout quand on sait que Akari et Rio sont de la même famille par l’alliance de leur parent et non par le sang], on se demande si il y aura de nouveaux personnages du genre Touma dans Blue Spring Ride (il y en a un qui pointe sérieusement et timidement le bout de son nez). Ah que j’aime quand c’est complexe, je pressens qu’il y aura une fois de plus des retournements de situation et des prises de têtes. Et aussi, quand on lit du Io Sakisaka, on s’attend à ce que nos émotions fassent les montagnes russes ! J’attends beaucoup de la suite.

omoi-omoware-furi-furare

Côté graphisme : rien à redire, Io Sakisaka est une des mangakas dont j’apprécie beaucoup la plume, tant au niveau dessin que scénario. Elle a son propre style, reconnaissable au premier coup d’œil. Il n’y a pas « trop » de détails mais elle ne reste pas dans le « simple » non plus : elle dose juste, et le résultat est super. J’aime beaucoup ses illustrations couleurs, toujours dans des tons doux.

Conclusion : un début prometteur pour cette nouvelle série ! Chaque tome devient de plus en plus intéressant. Je ne sais pas combien de tomes elle comptera mais je compte bien la suivre jusqu’au bout du moment que l’intrigue ne s’essouffle pas. J’ai passé un très bon moment avec ce manga. A voir si les autres tomes m’amèneront au coup de cœur comme l’a magistralement fait Blue Spring Ride dès son premier tome.

5

Tome par tome :

Tome 1 : ce premier tome commence par la rencontre entre Yuna et Akari. Toute deux viennent dire au revoir à une personne qui s’en va loin et leurs pas se rejoignent à la gare où Akari aborde Yuna pour lui demander de lui prêter de l’argent (qu’elle lui rendra évidemment). Yuna accepte sans hésitation et lorsqu’elles se revoient pour qu’Akari puisse la rembourser, elles se rendent compte qu’elles vivent dans le même immeuble. Elles vont alors devenir amie. Seulement, Yuna n’a pas juste croisé Akari ce jour là, elle a aussi fait la connaissance avec le frère de celle-ci, et on ne peut pas dire qu’il l’est laissée indifférente… Akari va pourtant la mettre en garde : c’est de la peine qui l’attend si elle choisit de tomber amoureuse de lui… Ça commence de façon assez légère et simple mais on conclut ce tome en beauté par une révélation qui va donner un ton très différent au manga.

love_be_loved_leave_be_left-2Tome 2 : on entre dans le côté dramatique du manga avec ce tome 2. La fin du tome 1 nous apprenait que Akari et Rio n’était pas lié par la sang, et qu’en plus Akari est la fille qu’aime Rio (raaah personnellement, je trouve que Rio va très bien avec Akari… Difficile de dire avec qui je le préfère ^^ »). Une sacré secousse que l’on nous donne ici, et qui nous révèle une facette de Rio que l’on ignorait. Et à côté, on découvre une nouvelle Yuna qui va prendre son courage à deux mains pour se déclarer à celui qu’elle aime, même si elle connait d’avance le résultat… L’amitié de Yuna et Akari connait de plus ses premiers doutes. Et oui, il s’en passe des choses dans ce tome ! Et encore, le tome 3 n’est pas en reste !

love_be_loved_leave_be_left-3Tome 3 : Kazu prend plus d’importance dans ce tome, surtout depuis qu’Akari a reconnu les sentiments qu’elle avait pour lui. Elle s’en est rendu compte lors de la rencontre organisée (goukon) à laquelle elle a participé avec Yuna. Cette dernière fait encore plus d’effort pour se rendre plus accessible aux autres (et c’est là que le futur Touma Kikuchi – Blue Spring Ride – se pointe haha). On termine ce volume par une course d’endurance, une scène que l’on retrouve souvent dans les mangas school life. Enfin je dis « termine »… Il y a encore une scène après ça, qui conclut le tome en beauté. Une scène qui nous fait nous redresser et hurler « quoiiii, je veux le tome 4 !! ». J’ai adoré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s