LES LECTURES DE LA SEMAINE (07/08 – 13/08)

Qu’ai-je lu cette semaine ?

Dimension W – tomes 1 et 2
Overlord – tome 1
Musishi – tome 1
Ad Astra – tome 1
Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka
Border – tomes 1 et 2
Blue Spring Ride – tomes 1 à 13 (relecture)
Caramel Honey
Zutto Kitto – tome 1

Dimension W – tomes 1 et 2

Un début de série assez confus, puisque l’auteur a fait le choix de commencer son manga en entrant dans le vif du sujet. La dimension W est une quatrième dimension, que l’on ne perçoit pas comme les trois autres (x, y, z) mais qui existe bel et bien. Elle fournit une quantité d’énergie inépuisable, et ce sont les « coils » qui font le lien entre notre monde et cette dimension. Le héros de cette histoire, Kyoma, est un « récupérateur », allergique aux nouvelles technologies et qui voue une haine aux coils. Il va croiser la route de Mira, une jeune fille pas comme les autres… En effet, dans une société où il est commun de croiser des androids, il n’est pas rare de tomber sur l’un d’eux au détour d’une ruelle. Sauf qu’un android qui ressent des émotions, c’est inhabituel. Une drôle d’alliance va alors se mettre en place. J’ai beaucoup aimé lire ces premiers tomes. Et pourtant, c’était mal parti car je n’aime pas commencer un livre que je ne comprends pas tout de suite (ces mystérieux coils dont on nous parle à peine, par exemple…). On en saisit les grandes lignes au fur et à mesure de la lecture. Mais surtout, les personnages sont intéressants et intriguants, ce qui a suffi à attiser ma curiosité. Ajoutés à cela de beaux graphismes… C’est un bon début de série ! J’ai adoré la fin du tome 1, ce combat contre « Loser » (rien que le nom… haha) qui s’annonce palpitant et signe la première collaboration de Kyoma et Mira. Le tome 2 reprend la fin de cette bataille ; et nous donne aussi un aperçu du quotidien de Kyoma et de son voisinage ; chose que j’ai aimé découvrir ! Ça donne envie de continuer la série.

Overlord – tome 1 (manga)

Hmm je suis plutôt sceptique pour cette lecture. Je ne sais qu’en penser. J’aime bien les graphismes, l’univers sur fond de fantasy me plaît bien, seulement… On est encore une fois dans un univers issus d’un jeu vidéo ; notre protagoniste semble coincé dans la réalité virtuelle (tiens, ça me rappelle quelque chose…) d’un jeu qui était apparemment voué à disparaître, mais on ignore pourquoi. Et surtout, il semble être le seul. Est-ce parce qu’il ne souhaitait pas se déconnecter, est-ce de sa volonté au final ? Puisqu’il ne semble pas s’affoler, il essaye de se déconnecter mais n’y arrivant pas, ne persiste pas (puisque qu’il n’aime pas la vie qu’il mène dans la réalité). Dans ce monde, il est un Overlord, un mort-vivant très puissant. Il contrôle une forteresse et possède de puissants items. Les personnages du jeu ont acquis une personnalité, et c’est comme si cette vie avait toujours été la sienne, puisqu’ils s’adressent à lui de façon tout à fait normale, comme s’ils avaient toujours vécus ensemble dans cette forteresse. Voilà pourquoi je suis sceptique : on nous donne un univers assez riche mais je trouve pour le moment le scénario assez pauvre, on voit quelques combats, c’est sympa mais je ne perçois toujours pas de fil conducteur… Je pense que le Light Novel me plaira plus.

Mushishi – tome 1

Un très bon premier tome pour Mushishi ! Ça fait longtemps que je souhaitais lire ce manga, j’adore les thématiques abordées. Les petits Mushi, la nature… Le manga a un petit côté traditionnel que j’aime beaucoup, et je trouve que les dessins plutôt doux sont parfaitement adaptés à l’univers. Je me demande bien pourquoi je ne m’y suis pas plongée plus tôt ; il a fallu que l’on me le prête pour que je me décide à le lire… Le personnage principal est très mystérieux, on se demande ce qu’il lui est arrivé, comment il est devenu un Mushishi (chasseur de Mushi) et surtout, quels sont ses objectifs. Et pourquoi il a des Mushi avec lui (la fumée). Tant de questions se posent également à propos des Mushi. On ne peut dire s’ils sont malveillants ou non (comme les humains, quoi…) , ils sont plutôt difficiles à cerner, et il en existe une multitude. C’est le manga que j’ai le plus aimé découvrir cette semaine (Dimension W n’est pas loin derrière).

Ad Astra – tome 1

J’aime découvrir quelques pans de l’Histoire à travers les mangas. Ici, on va suivre le combat du célèbre Hannibal contre Rome. Hannibal, je le connais surtout de nom, je me suis dit que ça serait l’occasion d’en apprendre plus sur ce personnage. Ce premier tome était sympathique, mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Ici, Hannibal est l’ennemi, le héros étant Scipion. On va surtout avoir le point de vue des romains, qui craignent l’avancée de Carthage et des gaulois que Hannibal réussit à rallier. Hannibal est un grand général qui enchaîne stratégie sur stratégie ; ça semble mal partie. Mais l’arrivée du jeune Scipion va visiblement changer la donne, puisque celui-ci a l’esprit aussi vif et est surtout très réactif. C’est l’aspect qui m’a le plus plu ici, le côté stratégique. Côté graphisme, je suis un peu moins convaincue : ceux-ci sont travaillés mais j’ai beaucoup de mal avec les visages, tous semblables et au final assez « vides ».

Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka

La particularité de ce manga est qu’il est tiré de faits réels. L’auteur nous raconte son parcours, comment il est devenu mangaka alors qu’il avait des difficultés à aller à l’école. Le titre est un peu trompeur, puisqu’il n’était pas pour autant déscolarisé : il allait parfois à l’école, mais n’y trouvait pas sa place. Il a bien essayé d’être « normal », ce qui pour lui signifier parler fort et brutaliser les autres comme on l’avait brutalisé lui… Forcément, je n’ai pas aimé cet aspect de sa personnalité, j’ai toujours du mal avec le harcèlement scolaire. C’est donc avec un certain malaise que j’ai abordé certains passages. Mais d’un certain côté, les personnages ne sont pas manichéens, on peut aussi bien les prendre en sympathie que les mépriser. Ça les rend bien plus humains. Pour ma part, j’ai surtout apprécié les passages où le héros dessine et vit sa passion pour le dessin. Sa rencontre avec un auteur qu’on connaît bien a été déterminante, et l’interview à la fin de cet auteur apporte vraiment un plus au récit. Ça le rend encore plus réel. Le manga se lit assez facilement, contrairement à ce que laisse penser son épaisseur, on est vite pris dans le récit car on veut savoir comment le personnage va s’en sortir. Ça nous rapproche en plus du mangaka et donne envie de connaître ses autres travaux. Je ne suis pas particulièrement fan des dessins, mais je trouve que les expressions sont bien travaillées.

Border – tomes 1 et 2

Deux tomes sympathiques à lire. On suit les pas de l’inspecteur Ishikawa, un inspecteur des forces de police de la section criminelle. Ce dernier a la particularité de voir les fantômes des personnes assassinées avant leur incinération ; particularité qui est apparue après qu’il a survécu miraculeusement d’une blessure par balle à la tête (balle qui est toujours présente). Ses jours sont comptés, cette balle qu’il a dans la tête l’aide à résoudre des crimes, mais elle pourrait bien mettre fin à sa vie d’un moment à l’autre.
J’ai bien aimé ce manga, on va suivre plusieurs enquêtes mais également en apprendre plus sur l’inspecteur. Celui-ci ne résout pas ses enquêtes seul, il est bien entouré mais sait aussi où trouver l’info dont il a besoin. On s’attache à lui ainsi qu’aux victimes, et on aimerait en apprendre plus sur sa faculté à voir les fantômes.
Le tome 2 est très intéressant car on découvre un indice, en même temps que l’inspecteur, sur cette fameuse faculté. De nouveaux personnages apparaissent également, d’autres sont plus mis en avant. J’ai aussi trouvé les deux enquêtes plus touchantes et tristes…

Blue Spring Ride – tomes 1 à 13 (relecture)

Blue Spring Ride est un de mes mangas favoris ! (Petite critique qui remonte à quelques années) J’ai profité des soldes pour m’offrir le coffret collector de l’anime (on me l’a un jour prêté et je l’avais trouvé encore plus joli que sur les photos ♥ Alors je n’ai pas résisté ^^) et après l’avoir reçu, ça m’a donné envie de relire les 13 tomes. Depuis la sortie du tome 13, je ne les avais pas relus tous à la suite, et c’était ici un réel plaisir de retrouver tout ce panel de personnages que j’adore. Que ce soit Futaba, Kô, Tôma, Murao… J’ai l’impression de retrouver une bande d’amis, un peu comme lorsque je regarde la série Friends. Et puis l’auteure ne se centre pas seulement sur le couple principal, elle approfondit tous ses personnages et les rend tous attachants, à leur manière (excepté Narumi que je n’ai jamais su apprécier…). C’est un excellent shôjo tranche de vie, on nous raconte les aventures d’un groupe de lycéen banal, mais c’est justement ce qui est intéressant car on s’identifie à eux et on s’y attache très vite. Le personnage de Kô m’a beaucoup touchée, c’est celui qui évolue le plus. J’aime beaucoup le moment où il se détache du passé et essaie d’aller de l’avant pour récupérer Futaba ; j’aime quand il devient honnête envers lui-même.

Caramel Honey

Caramel Honey est un yaoi non licencié en France. Le héros, Ayato, se retrouve transféré dans une école côtoyée par des voyous. Sa particularité, c’est qu’il les attire où qu’il aille : on lui cherche des noises dans la rue, etc. Mais quand il retire ses lunettes, c’est une autre forme d’attirance qui opère… Ses yeux hypnotisent, en quelque sorte, et les autres sont attirés par lui ; excepté Horiguchi, la pire brute du coin (évidemment !). Il semble l’aimer pour ce qu’il est, voilà pourquoi le pouvoir des yeux de Ayato n’agit pas. Au final, à part le pouvoir des yeux qui n’est pas trop récurrent, c’est un yaoi bourré de clichés. Le héros est un peu trop naïf, tandis que Horiguchi est plutôt rentre-dedans et franc. Bon, le point positif quand même, c’est que ce dernier ne « force » pas le héros (enfin, il l’embrasse quand même de force, mais ça ne va pas plus loin) et le respecte (presque). Ce couple ne m’a pas touchée malheureusement, je trouve la relation très creuse. Les derniers chapitres sont concentrés sur le frère de Horiguchi et j’ai préféré son histoire, et de loin !

zutto kitto – tome 1

J’aime beaucoup ce yaoi (non licencié… Si un éditeur passe par là, ce titre est vraiment super *w*). La relation entre les deux personnages est très douce et mignonne. C’est ici l’histoire de Yuzuki et Jin, qui étaient amis et dans le même club au lycée. Un événement s’est produit et ils se sont perdus de vue, ce que regrette beaucoup Yuzuki. Ce dernier a continué à faire du saut à la perche dans l’espoir de revoir Jin un jour. Il le recroise en fait rapidement, dès le premier chapitre, mais leur relation n’est plus comme avant, ils se sont aussi bien éloignés au niveau géographique qu’au niveau de leur relation. Les chapitres suivants nous racontent pourquoi et nous montrent leurs années de lycée. On va ainsi apprendre ce qu’il s’est passé et ce qui les a éloignés. Et on va mieux comprendre d’où viennent les regrets de Yuzuki et l’attitude de Jin. La fin du tome est très belle, on pourrait même terminer le manga ici. Mais pour notre plus grand bonheur, il y a quatre tomes, et j’ai hâte d’ouvrir ce nouveau chapitre de leur relation.
Les dessins sont également très doux, à l’image du scénario. C’est apparemment le seul titre de l’auteure (du moins c’est ce que je vois quand je recherche ses travaux en ligne), j’espère qu’elle ne va pas s’arrêter là, elle a un beau coup de crayon.

 

Bilan : 23 mangas lus ; dont une relecture. Je n’ai commencé que des nouvelles séries (dont deux Oneshots). A part Blue Spring Ride, mes meilleures lectures de la semaine sont Mushishi et Dimension W. Border n’est pas mal non plus dans son genre, surtout que la série est terminée en 4 tomes alors ça donne envie d’aller jusqu’au bout. Un bon petit bilan ^^

Love, be Loved, Leave, be Left – tome 1 à 3

love_be_loved_leave_be_left-1Titre original : 思い、思われ、ふり、ふられ (Omoi, Omoware, Furi, Furare)
Titre français : Love, be Loved, Leave, be Left
Mangaka : Io Sakisaka (Twitter)
Année de création : 2015
Genre : Romance, School Life, Comédie, Drame
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Margaret
Maison d’édition japonaise : Shueisha
Maison d’édition française : Kana
Nombre de volumes au Japon : 4 (en cours)
Nombre de volumes en France : 3 (en cours)
Date de publication en France : 2016

Résumé :
La meilleure amie de Yuna déménage. Le jour des adieux, Yuna rencontre Akari de manière surprenante. Tout oppose les deux jeunes filles : Yuna est rêveuse en amour, alors qu’Akari est réaliste. Malgré tout, elles deviennent amies et vont confronter leurs visions de l’amour.

Mon avis :

Quand j’apprends qu’Io Sakisaka est sur un nouveau projet, forcément je sais que je vais me jeter dessus ! Mais j’avoue, ici j’ai un peu tardé, j’ai une pile de mangas que j’adore qui s’est accumulée et que je n’ai pas encore pris le temps de lire (étonnant !). J’ai acheté les tomes à leur sortie, ce qui montre la valeur sûre qu’est le travail de la mangaka à mes yeux. Et je me suis enfin enfilée les trois tomes (l’avantage, c’est que tu n’attends pas entre chaque tome… Mais je veux le tome 4 T-T). Après avoir donné mon avis sur les autres mangas de l’auteure connus en France (ici et ici), voici donc mon avis sur ce manga.
Lire la suite

Ameiro Paradox

ameiro_paradox

Titre original : 飴色パラドックス
Titre français : Ameiro Paradox
Mangaka : Nastume Isaku
Année de création : 2010
Genre :  Yaoi, Comédie, Romance, Slice of Life
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Dear +
Maison d’édition japonaise : Shinshokan
Maison d’édition française : Taïfu Comics
Nombre de volumes : 3 (terminé)
Date de publication en France : 2014

Résumé :

Onoe est journaliste dans un hebdomadaire à la section des exclusivités et travaille en équipe avec le photographe Kaburagi.
Dès le début de cette collaboration, Onoe ne cesse d’entrer en conflit avec Kaburagi, car il ne supporte pas l’injustice et ne peut accepter le comportement de son rival Kaburagi qui est prêt à tout pour obtenir un scoop. Pourtant à force de travailler ensemble ils prennent mutuellement conscience de certaines choses. Qui aime bien châtie bien.

Mon avis :

Lire la suite

Hidamari ga Kikoeru

hidamari_ga_kikoeru

Titre original : Hidamari ga Kikoeru (ひだまりが聴こえる)
Titre français : Hidamari ga Kikoeru – Entends-tu le chant du soleil ?
Mangaka : Fumino Yuki (Twitter)
Année de création : 2013
Genre :  Shônen-aï, romance, Slice of Life, drame, handicap
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Canna
Maison d’édition japonaise : Printemps Shuppan
Maison d’édition française : Boy’s Love – IDP
Nombre de volumes : 1 (terminé) + 1
Date de publication en France : 2016

Résumé :

Kôhei, étudiant atteint de surdité, est souvent incompris par les autres, ce qui l’a amené à prendre ses distances petit à petit avec son entourage. Mais un beau jour, il va faire la rencontre de Taichi, étudiant dans la même université que lui. De nature joviale et qui n’hésite pas à dire franchement tout ce qu’il pense, cet étrange garçon va toucher Kôhei au plus profond de son cœur avec ces quelques mots : « ce n’est pas de ta faute si tu es malentendant ! ». Il est loin de s’imaginer à quel point Kôhei va peu à peu changer grâce à lui.

Mon avis :

Lire la suite

Twinkling Stars Dial

Titre original : きら星ダイヤル (Kiraboshi Dial)
Titre français : Twinkling Stars Dial
Mangaka : Nastume Isaku
Année de création : 2009
Genre :  Yaoi, Romance, Slice of Life
Pays : Japon

Magazine de prépublication : Be × Boy
Maison d’édition japonaise : Libre Publishing
Maison d’édition française : Taïfu Comics
Nombre de volumes : 1 (terminé)
Date de publication en France : 2012

Résumé :

Toba Yousuke est un jeune médecin qui quitte la ville pour un petit village situé au milieu des montagnes. Perdu, il est secouru par un jeune homme étrange, Suga Kazuhiro, chez qui il résidera après que sa chambre au-dessus de sa clinique s’est effondrée. Mais quelles sont les raisons derrière l’attitude de Kazuhiro ? Pourquoi Yousuke a-t-il quitté la ville pour la campagne ?

Lire la suite